Kikisbackpackingtour  –  Blog voyages

… « clôturer » sa vie en France

L’itinéraire est bien défini, les sacs sont (presque) prêts, tu passes tes journées sur les blogs ou dans le guide du routard… Bref dans la tête t’es déjà partis… Mais pas si vite ! Il reste quand même 2 – 3 petits trucs à régler pour « clôturer » ta vie en France, ou du moins la mettre en suspens.

A moins de le sous-louer, il faut déjà libérer ton logement ; envoyer ton préavis 3 mois avant, puis t’occuper bien sûr du déménagement. Au passage, il y a toute une série de contrats à résilier : edf, gdf, internet, l’assurance habitation… Et puis tous les autres abonnements que tu peux avoir souscrits : à des revues, à une salle de sport, les transports… Enfin tout, quoi ! Attention aux préavis de durées variables, il y a intérêt à ne pas attendre le dernier moment et à faire un petit point quelques mois avant le départ pour noter les dates auxquelles il faudra penser à envoyer les résiliations.

Il faut aussi choisir une adresse à laquelle te domicilier administrativement pendant l’absence (papa, maman… ?). C’est vers cette adresse que tu peux diriger le suivi de courrier à enregistrer auprès de La Poste, et que tu peux signaler aux impôts et plus généralement à l’administration (sur le site service-public.fr).

En parlant d’impôts, il faudra penser pendant son voyage à déclarer tes revenus de l’année précédente. Donc on conseille de noter dans un coin les chiffres à déclarer (par exemple te les envoyer par mail, pour pouvoir faire ta déclaration en ligne depuis l’autre bout du monde !).

Côté sécu, rien de spécial à déclarer, tu peux partir sans rien dire et au retour il suffira de mettre à jour la carte vitale (sachant que depuis janvier 2016 le dernier centre auquel tu as cotisé assure un maintien de droit sans limitation de durée, bien que tu ne cotises pas). Tu es donc couvert par la sécu dès le premier jour du retour.

A ce stade, en principe tu as en poche un porte-clés… sans aucune clé dessus ! Et ça, c’est le début de la liberté, non ?!

Ah, une dernière chose… Ne pas oublier d’envoyer ta lettre de démission à ton patron !!!