Kikisbackpackingtour  –  Blog voyages

Journal d’un road trip en NZ : épisode 1, des hauts et des bas…

Après avoir récupéré notre van à Auckland, on se met en route plein nord avec comme premier objectif : la Waipoua Forest, où se trouvent les plus vieux et imposants des Kauris, ces arbres très protégés de Nouvelle Zélande (d’ailleurs avant d’entrer sur le site il faut nettoyer ses chaussures pour éliminer les éventuelles bactéries !), dont certains sont vieux de plusieurs milliers d’années.

Avant de partir pour de bon, arrêt obligé au supermarché pour ravitailler le van et sa kitchenette ; autant dire que le Pack n’Save auquel on s’arrête nous change un tout petit peu de l’Asie, avec ses marchés bordéliques et ses mini-supérettes quasi vides !


Il se fait tard et on décide donc de couper la route en deux et de s’arrêter en chemin pour dormir. On fait donc étape dans un charmant petit campsite en surplomb de la mer, le Matakohe Holiday Park. La soirée nous permet de nous familiariser avec notre van, bien aménagé et super fonctionnel ! Evidemment, il faut passer son temps à déplacer ses affaires et à déplier les meubles, mais c’est gérable. Quant au coin cuisine, il est minuscule, mais ceux qui connaissent notre ancien appart’ savent qu’on y est habitué !

Waipoua Forest : Comme un air de début raté…

Après une bonne nuit dans notre van, on prend la route de la Waipoua Forest avec entrain !

On roule tranquillement, on prend des photos du paysage, bref tout va bien, quand l’ambiance change brusquement, lorsque dans un coin désert une voiture nous double et s’arrête en travers de la route pour nous bloquer. On en est encore à se demander ce qui se passe que le passager est déjà sorti et nous invective avec l’air menaçant. Il tient des propos assez étranges : il nous reproche de rouler trop lentement, il dit que sur cette route il faut rouler à 100 kms/hr (ce qui est en fait la vitesse maximum), qu’on est dangereux et qu’à cause de gens comme nous il y a des morts… Sur ce il ouvre la porte côté conducteur et s’empare des clés du van, que Nico réussit à récupérer in extremis. Du coup il arrache notre iphone qui était branché et nous jette la coque et le câble avant de remonter dans sa voiture et de se casser.

Autant dire qu’on est un peu choqués par ce qui vient de se passer ! Quelques kilomètres plus loin, on s’arrête à la station-service d’où on appelle les flics qui arriveront rapidement. S’en suit une longue après-midi de questions-réponses, description, tournées des environs pour essayer de repérer les voitures, photos des lieux… Il y a jusqu’à 3 voitures de flics mobilisées et apparemment c’est un peu la grosse affaire du moment dans ce coin perdu, et habituellement très tranquille nous répète-t-on plusieurs fois. Au final, la gérante de la station-service réalise sur la base de notre description pourtant sommaire qu’elle voit de qui il s’agit et qu’il est passé dans sa station deux minutes après nous avoir agressé, il s’avère que c’est quasiment son voisin ! Les flics chopent le mec, qui reconnait les faits, il dormira en garde à vue et sera présenté au juge le lendemain, fin de l’histoire. Par contre l’iphone a définitivement disparu !

Epilogue : le soir, on reçoit un appel du bureau d’aide aux victimes qui veut s’assurer que tout va bien pour nous : pas de souci, on s’est achetés une bouteille de rouge pour se remettre, s’est réglé ! Toujours est-il que pour un début en Nouvelle Zélande, c’est pas génial ! Dire que s’est censé être un des pays les plus sûrs de notre parcours, et que c’est là qu’on a le premier problème du voyage, après 6 mois sans aucune mésaventure en Asie !

Et du coup, la journée est perdue et on continue notre route sans s’arrêter à la Waipoua Forest… On ne verra pas les Kauris !

Cap Reinga : au bout du monde néo-zélandais

Après une étape pour la nuit, au campsite du village d’Opononi, avec une belle vue sur la mer, le lendemain on repart du bon pied, bien décidés à oublier cette histoire et à kiffer notre road trip.

Destination du jour : le cap Reinga, le point le plus au Nord de la Nouvelle Zélande. Pour s’y rendre, trois bonnes heures de route et un petit quart d’heure de ferry pour traverser le Hokienda Harbour, une bande de mer qui s’avance loin dans les terres, le tout sous un temps très correct.


On traverse d’abord des paysages faits de collines abruptes et très vertes, recouvertes de pâturages où se baladent vaches et moutons. Ca grimpe, ça redescend, la kikismobile a du mal ! Par contre c’est très beau, dans le genre bien propret, herbe bien tondue, pas un arbre qui dépasse, et les petites maisons style mobil-home avec leur façade rutilante et parfois leur drapeau néo-zélandais flottant fièrement au vent.


Plus au nord, place à la forêt, assez dense, composée principalement de pins et des fameuses fougères néo-zélandaises (Fougère argentée ou Kaponga en Maori), symbole de l’équipe nationale de rubgy, qui sont en fait de vrais petits arbres pouvant faire jusqu’à 10 mètres de hauteur.

On arrive enfin au niveau du cap Reinga. Bienvenue au bout du bout du monde. Ca fait des dizaines de kilomètres qu’il n’y a plus rien. Et ici non plus, il n’y a plus rien. Juste un phare, une vue sublime et deux campsites perdus. On est ici à l’extrême nord de la Nouvelle-Zélande ; les légendes Mauris disent que c’est de là que les esprits quittent la terre pour rejoindre le monde de l’au-delà (d’ailleurs en Mauri l’endroit est appelé « Te Rerenga Wairua », ce qui signifie « le lieu du grand saut de départ des esprits »). Plus concrètement, le cap Reinga est aussi le lieu où se rejoignent l’océan pacifique et la mer de Tasman, ce qui provoque des courants violents.

On se balade autour du phare et des collines environnantes, avant d’aller installer notre van dans le petit campsite tout proche. Et là, attention on arrive dans un campement comme on les aime : bien basique (d’ailleurs il n’y a même pas de réception, on met son paiement dans une boite), mais isolé et super bien situé en pleine nature : on est entre deux collines, à quelques mètres de la plage, avec une superbe vue sur la mer… Et c’est quand même plutôt cool, le matin, quand, encore à moitié endormis, on ouvre tant bien que mal la porte coulissante du van pour découvrir cette vue là depuis son lit….

Infos pratiques

– Matahoke campsite : sympa et super clean, 36 NZD la nuit pour deux avec van et électricité
– Opononi campsite : campsite correct, 40 NZD quand même la nuit pour deux avec van et électricité
– Ferry à Rawene pour traverser le Hokienda Harbour et éviter un détour de 70 kilomètres environ : 22 NZD pour deux personnes et un van
– Tapotupotu Campsite au Cap Reinga : super emplacement, campsite basique (douche froide et pas d’électricité), 12 NZD la nuit pour deux avec van

19 reflexions sur “Journal d’un road trip en NZ : épisode 1, des hauts et des bas…

  1. JM

    C’est beaaaau !! Je m’attends à voir Gandalf ou un Hobbit sur n’importe laquelle des photos de paysage !!

    Quant au complot planétaire pour mettre fin au tour du monde del’iphone, je ne reviendrai pas dessus mais je constate qu’il a quand même gagné la compétition avec le Wiko 1er du nom !!!

  2. Yoda

    Je vois que vous avez toujours le sourire sur les photos et c’est essentiel.
    oubliez cet idiot et profitez bien de ce trés beau pays.
    attention si vous voyez le golum !
    Bises

  3. trille-houssin

    Quelle vilaine rencontre !! ça fait tout drôle de voir Nico dans la voiture de la police …….. le vin rouge était-il au moins délicieux ??
    et maintenant place aux nouvelles aventures plus réjouissantes !!

    1. Kikis Auteur de l'article

      Hé oui, c’était un petit tour de patrouille ! Activité gracieusement proposée par la police locale (mais pas recommandée par l’office du tourisme !)
      Et le vin rouge ici est très bon !! C’est un plaisir !

  4. Jakob

    ça fait des années que je te dis de rouler plus vite nico !!!!!!!!!!!!!!!! 😀
    quelle histoire… aux Etats-Unis il vous aurait shooté direct! J’espère que vous vous en remettez rapidement, ce n’est qu’un téléphone!
    (Un téléphone? MEC C UN IPHONE!!!!)
    gros bisous!

    1. Kikis Auteur de l'article

      Un peu de respect pour feu mon Iphone 4S ! Et le Van Jucy c’est pas une flèche, on peut pas le comparer à une Fiat Punto !

  5. Lucas

    Petit conseil + : telecharger l’application campermate et tchecké les campsite pas cher, l’appli est super bien faite et vous pourrez trouver des endroits ou dormir pour free, 6, 10 ou 15 dollars 😉 faites confiance a votre lyonnais favori! Love et on n’oubli pas d’aimer sa vie! L.

    1. Kikis Auteur de l'article

      Alors les coquillages… On n’a pas vraiment fait l’étude et on aurait du mal à te dire quels espèces on a vu… On peut simplement te dire qu’il y en a beaucoup et de couleurs variées !! Pas très scientifique tout ça !

  6. kat

    J’espère que le primate xénophobe (pléonasme) va vs rembourser votre iphone qd mm !!! Il avait bu?
    Pas trop difficile de rouler à gauche?
    Bon vent!

    1. Kikis Auteur de l'article

      Ca on n’y compte pas trop ! La conduite à gauche ça va on s’y fait, et les loueurs ont l’habitude, il y a des autocollants dans notre van nous rappelant de rouler à gauche !

  7. Vassor

    Avec cette més(aventure), le taux de délinquance en NZ va augmenter de + 25% ! Pour vous mettre dans l’ambiance (et vous préparez), sur certaines routes, vous roulerez à 40 km/h max avec 20 voitures derrières vous (mais personne ne klaxonnera …).
    Si vous les campsites « basiques », vous n’allez pas être déçus !! 🙂
    Have fun

    1. Kikis Auteur de l'article

      On prend l’habitude de former des petits bouchons à cause de nous ! Mais ça va, hormis ce mec là les autres gens ont l’air normaux !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *