France,  Rando en France

Comme un air de bout du monde sur l’île d’Ouessant

Au bout du bout du Finistère, alors qu’on arrive sur la côte et qu’on fait face à l’océan Atlantique, il reste pourtant encore un bout de Bretagne à découvrir : l’île d’Ouessant, un gros caillou posé à 20 kilomètres au large, « première terre de France dans l’océan », où règne comme une atmosphère de bout du monde.

Le maître mot ici semble être « sérénité », en particulier en hiver : l’île compte environ 500 habitants permanents, auxquels s’ajoute une poignée de touristes (mais beaucoup plus en été) et quelques troupeaux de moutons qui déambulent en liberté. Très peu de voitures (seuls les résidents de l’île sont autorisés à en avoir), on circule à pieds ou à vélo, et on croise peu de monde. Le village principal, Lampaul, compte quelques commerces, juste le strict nécessaire, et c’est tout. Le ferry fait l’aller-retour avec le continent une fois par jour, préservant l’isolement des lieux.

Longue de 8 kilomètres et large de 4, l’île se sillonne très facilement et est propice aux balades, d’autant que les dénivelés sont quasi nuls (le point le plus haut de l’île culmine à 60 mètres d’altitude…). Des chemins de randonnés longent quasiment toute la côte, et quelques routes permettent de couper par le centre de l’île. L’essentiel de l’île est occupée par des étendues de moudez, le gazon marin qui pousse par petites touffes, et il n’y a quasiment aucun arbre. Quant à la côte, elle est rocheuse avec par endroit de petites falaises.

La côte nord, qui s’étend de la pointe du Pern (à l’ouest) à celle de Kadoran (à l’est) est très belle, en particulier au niveau de la baie de Calgrac’h. De là, on a une vue dégagée sur l’île Keller, qui fait face à Ouessant et où se dresse une unique et imposante maison ayant appartenue à deux Marquises paraît-il !

A l’extrémité est, une curiosité : cette maison posée au bord de la falaise, aussi isolée que possible.

De l’autre côté, vers la pointe du Pern, on trouve quelques plages de roches et de galets et une maison en ruine plutôt photogénique.

La baie de Lampaul, à côté du village, à son charme aussi.

La pointe sud-est (pointe de Porz Doun) offre une vue dégagée à la fois sur la baie de Lampaul et sur le grand large à l’Ouest. Sauvage également ce coin de l’île semble être le spot des lapins qui gambadent joyeusement dans la plaine et qui filent dans le dédale de leurs galeries et de leurs terriers.

A vélo, on peut facilement sillonner l’île d’un bout à l’autre dans la même journée. A pieds, plusieurs jours permettent d’explorer les différents secteurs à coup de balades de quelques heures à chaque fois.

Après nos balades quotidiennes, on apprécie de retrouver le confort tout simple de la petite maison qu’on loue au lieu-dit de Kerzoncou : le charme d’une maison ouessantine traditionnelle, une vue sur la mer, un bon feu de cheminée… Le point de chute parfait pour un séjour hivernal à Ouessant !

Infos pratiques

Logement à Ouessant : il y a quelques hôtels à Lampaul, et des gites et chambres d’hôtes à droite – à gauche sur l’île. On ne peut que recommander la maison de Marc, à Kerzoncou : l’endroit est plein de charme, à 25 minutes à pied de Lampaul, et l’accueil est très sympa (06.72.07.34.10 / marchembert5@me.com).

Se rendre à Ouessant : Par avion avec la Compagnie Finist’air : des petits avions à hélice qui atterrissent sur l’aérodrome de l’île. En bateau avec la compagnie Pen Ar Bed : il passe une fois par jour en hiver, un peu plus en été. Traversée 1h15, tarif 30 euros l’aller retour par personne.

Déplacement sur l’île : il y a plusieurs loueurs de vélo, en été ils sont au débarcadère du ferry, sinon il faut se rendre au village de Lampaul (ou en parler en avance à la personne chez qui vous logerez. On est passé par la bicyclette et nos vélos nous attendaient directement là où nous logions). On peut aussi faire beaucoup de trajets à pieds, les distances étant courtes. Sinon il y a plusieurs navettes / taxi collectifs, dont celui de Pauline (06.15.76.91.24), qui facture 3 euros le trajet par personne.

Commerces sur place : il y a deux superettes plutôt bien fournies (avec possibilité de livraison gratuite), une boulangerie, quelques restaux (dont la duchesse Anne qui en plus d’être le seul ouvert en Janvier est très bon avec une belle vue sur mer), un distributeur de billets et une pharmacie à Lampaul.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *