Kikisbackpackingtour  –  Blog voyages

Dolce Vita à Valparaiso

Disons le honnêtement, à l’approche des 10 mois de voyage, on a ressenti comme un coup de fatigue, et comme un besoin de se (re)poser un peu. On s’était dit que Valparaiso était tout indiquée pour ça, et après notre passage à Santiago, on a donc décidé de s’y échouer pour deux semaines. Et on doit dire qu’on ne regrette pas notre choix ; la ville, pleine de charme, est parfaite pour une étape un peu longue, elle offre de nombreuses possibilités de balades tout en se prêtant parfaitement à l’art de la paresse, et il règne ici une atmosphère assez particulière qu’il est agréable de découvrir sur la durée.

Valparaiso, la ville en couleurs

Valparaiso, c’est une ville atypique. C’est, d’abord, une ville tout en relief, bâtie sur les flancs et les crêtes d’une quarantaine de collines (les cerro) entremêlées. Il en résulte une ville étagée, vallonnée, traversée par de multiples ruelles, striée par des dédales de passages, escaladée par des escaliers biscornus et des « ascenseurs » d’un autre temps.  La notion de ligne droite ne semble pas exister ici, on navigue d’une colline à l’autre en en suivant les courbes, avec toujours de nouvelles perspectives. Les maisons ont été construites un peu dans tous les sens, parfois sur pilotis à moitié au dessus d’un ravin et paraissent comme suspendues, le tout dans une végétation assez anarchique : une ville qui n’a pas vaincu la nature ! On a parfois l’impression de se trouver au milieu d’une sorte de labyrinthe, ne serait-ce le point de repère permanent : l’océan, juste là, qui surgit au détour d’une rue, qu’on aperçoit en contrebas, en deuxième plan, au bout d’une rue qui dévale en pente raide et qui paraît y plonger.

Car Valparaiso (Valpo, comme disent ses habitants, les Portenos) est dressée face au Pacifique, le long d’une vaste baie. Ancien port de première importance, aujourd’hui sur le déclin (la faute au canal de Panama, qui a rendu désuète la route du cap Horn), la ville est tournée vers l’océan. On assiste encore au ballet des énormes cargos qui chargent longuement leurs containers avant de prendre la mer.

Mais la vraie spécificité de Valpo, c’est d’être une ville multicolore. Les maisons sont peintes de toutes les couleurs, parfois jusqu’au toit. Toutes les teintes y passent, du vif, du pastel, chaque rue constitue un nouvel  arc-en-ciel, on passe du rouge au jaune au mauve allègrement, sans aucun ordre ou organisation…  Sans compter les dessins qui recouvrent des façades entières : le street-art est devenue la marque de fabrique de Valparaiso, et on découvre de nouvelles œuvres à chaque coin de rue. Bref, c’est un vrai méli-mélo de couleurs, mais qui s’harmonise vraiment bien, ça n’est pas kitsh, ça n’est pas criard, c’est juste joyeux et spontané.

En même temps, mieux vaut ne pas s’attendre à une ville proprette. La ville est quand même un peu déglingos. Ville salle, disent les habitants de Santiago (la rivalité est forte entre les deux métropoles), avec de nombreux chiens errants. Beaucoup de façades sont plus que décrépies, et dans de nombreux quartiers les maisons sont de simples bicoques, en tôles, et côtoient d’anciennes villas aujourd’hui en ruines et envahies par la végétation. Quant au front de mer, rien n’est fait pour le mettre en valeur : d’un côté c’est le port industriel, de l’autre c’est l’autoroute !

Reste que de tout ça ressort une atmosphère particulière : Valparaiso est une ville décontractée, étudiante et portuaire à la fois, animée, où règne un joyeux bordel qui fait plaisir à voir.

Deux semaines pour découvrir Valparaiso

En ce qui nous concerne, on s’installe dans un super appart’ trouvé via airbnb, avec une vue superbe sur le Cerro Allegre et l’océan. Se placer sur le balcon, sous le chaud soleil hivernal du Chili, pour bouquiner ou prendre l’apéro tout en admirant la vue, est quasiment une activité à plein temps !

On se lance aussi, quand même, dans de longues balades. Le top du top : partir au hasard, sillonner les cerro à l’inspiration, au gré des envies, et tous les jours découvrir de nouvelles collines.

Les plus beaux (les plus touristiques aussi) sont certainement les cerro Allegre et Concepcion, qu’on ne se lasse pas de voir et revoir, et par lesquels, pour notre plus grand bonheur, on passe forcément dès qu’on sort de l’appart’. Vers l’est, de nombreux cerro intéressants se succèdent : Carcel, San Juan de Dios, Yungai, Florida et Bellavista… On peut les découvrir avec une belle vue d’ensemble depuis l’avenue Alemania. C’est une promenade géniale, l’avenue (toute plate !!) passe d’un cerro à l’autre, on surplombe la ville et l’océan, tout le long la vue est superbe et on découvre de très beaux coins et de très belles maisons, jusqu’à aboutir à La Sebastiana, la maison de Pablo Neruda.

On peut, ensuite, redescendre vers la ville basse, le centre ville au pied des collines (sans intérêt mais où se concentrent les commerces et les transports) par différents passages ou escaliers ; la balade nous plaît tellement qu’on la fait 3 ou 4 fois pendant notre séjour, avec des variantes sur l’itinéraire pour redescendre, et à chaque fois on fait de nouvelles découvertes.

De l’autre côté de la ville, on a une belle vue aussi depuis la place 21 de mayo, près de l’ascenseur artilleria. Par contre, on apprend au cours de nos déambulations que certains cerro craignent un peu : alors qu’on se balade dans un cerro à l’ouest de Allegre et Concepcion, en moins de 5 minutes deux personnes différentes nous conseillent vivement de redescendre tout de suite vers la ville basse, si on ne veut pas se faire dépouiller. Le premier sort de chez lui exprès pour nous avertir, le deuxième nous raccompagne carrément… On décide courageusement de les croire sur parole et de filer vers d’autres cieux…

Valparaiso se prête aussi aux promenades en bord de mer. Vers l’ouest c’est très sympa, il y a peu de circulation, c’est plutôt le rendez vous des joggers, on peut tranquillement admirer les vagues s’écraser sur les rochers de toute leur puissance, et le vol des pélicans.

Par contre de l’autre côté, direction Vina del Mar (qui est elle-même une station balnéaire vraiment pas terrible), c’est bof bof. A la rigueur la promenade n’est pas trop mal jusqu’à Portales, on est en retrait de l’autoroute, on voit au passage la colonie de Sea Lions qui a élu domicile sur un vieux quai, et on aboutit ensuite au marché aux poissons (très bons et pas chers !) et aux restaus de la Caleta Portales. Après c’est la cata, on est entre l’autoroute et l’océan, et coté océan, en fait sur des kilomètres on surplombe une zone à mi chemin entre le chantier et la décharge…

C’est aussi à Valparaiso qu’on découvre le système des collectivo, un moyen de transport à mi-chemin entre le taxi et le bus : des voitures classiques qui suivent des itinéraires fixes et assez courts, qui partent quand 4 passagers ont pris place et dont on descend où l’on veut le long du trajet. Le prix est dérisoire et du coup tout le monde utilise les collectivo, histoire de reposer un peu ses mollets pour remonter son cerro

Enfin, c’est à Valparaiso qu’on fête l’anniversaire de Célia. L’occasion de quelques plaisirs culinaires simples mais tellement réjouissants : crêpes maisons au Nutella (on n’avait pas vu de Nutella depuis des mois !!!), sushis (allez savoir pourquoi il y a ici des sushis excellents et énormes, à un prix défiant toute concurrence), piscos évidemment (faits maisons aussi ! On s’est lancé pour faire nous mêmes ce délicieux cocktail… avec les moyens du bord : faire monter les blancs d’œufs en neige à la fourchette, c’est un peu pénible !), et bon petit restau de poissons (délicieux le Ceviche chilien, en attendant de comparer avec le péruvien !)… Pas mal pour conclure nos deux semaines à Valpo !

Infos pratiques

Bus Santiago – Valparaiso : 1h30 de trajet, 4000 pesos

Loft Munnich, via airbnb, environ 28000 pesos la nuit (moins cher quand on a prolongé en direct sans passer par airbnb)

Collectivos à Valparaiso : 400 pesos le trajet (350 en redescente !).

6 reflexions sur “Dolce Vita à Valparaiso

  1. Fab

    Salut les Kiki,
    C’est Fab et Gab, on s’était rencontré à l’île de pâques ( roh ça fait classe de dire ça) enfin plutôt à l’aéroport.

    Nous sommes pour l’instant à Santiago et notre retour est pour dans un mois ( ça fait mal de dire ça).

    Content de voir que vous allez bien.

    A plus

    1. Kikis Auteur de l'article

      Hey salut !!!
      Contents d’avoir de vos news !
      On est en Bolivie depuis 3 jours ! Le Chili c’est le paradis !
      Profitez bien de votre dernier mois de voyage !
      On vous embrasse 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *