Kikisbackpackingtour  –  Blog voyages

… organiser son itinéraire, un peu… mais pas trop !

Dans cette rubrique, on vous donne quelques conseils tirés de notre voyage, pour l’organisation de l’itinéraire… Et là, le principe n°1 à notre avis, c’est justement de ne pas trop organiser !

Réfléchir aux pays qu’on veut voir

C’est probablement l’étape la plus cool de la préparation du voyage : tu te laisse aller à rêver à tous les pays que tu as envie de découvrir… Tout est possible, tu peux aller partout, t’as le temps…. Je veux absolument voir la Chine ! Moi je rêve de l’Australie, du Pérou, et puis bien sûr de l’Afrique… Il n’y a aucune limite ! Sauf que… rapidement tu te retrouves avec une liste de 30 pays, qui s’allonge à chaque fois que tu découvre un nouveau blog et ses magnifiques photos… Et là tu te dit qu’un an, c’est pas si long que ça après tout !

Alors, vient le difficile moment de la réduction de la liste ; quels pays « sacrifier » ? Comment choisir ? De longues discussions sont à prévoir ! A notre avis, il faut d’abord choisir à l’instinct, en fonction de ses préférences personnelles même (et surtout) si elles sont complètement subjectives. Après, il y a aussi une logique géographique qui s’impose, sachant que voyager à petit budget ça suppose de prendre l’avion le moins possible et que du coup, les pays limitrophes c’est quand même bien pratique !

Le but, c’est d’arriver à une liste de pays que tu as pour projet de voir, et éventuellement à une idée d’itinéraire, mais à notre avis ça doit rester une liste d’idées, pas un programme précis de voyage. Tu peux parfaitement improviser en cours de route, te décider ou changer d’avis, au fil de tes envies et des conseils que tu glanes en cours de route. Il faut être conscient qu’un an ou plus, c’est suffisamment long pour changer d’avis, tu vas faire des rencontres qui vont influer sur ton itinéraire, tu peux avoir envie de prolonger dans un pays ou au contraire en avoir marre rapidement, tu peux aussi modifier tes plans en fonctions du climat… Et puis tu as le temps, en cours de route, de réfléchir tranquillement à la suite de ton périple !

Bref, notre conseil : il n’est pas impératif du tout de définir précisément leparcours avant le départ ! Et c’est vraiment cool une fois en route, de se dire que tu ne sais pas où tu seras le mois suivant !

Les itinéraires à l’intérieur des pays

Vous nous voyez venir : si on dit que selon nous c’est une bonne idée de rester souple sur la liste des pays que tu veux voir, on ne va pas conseiller d’arrêter un circuit précis à l’intérieur de ces pays ! Là encore, vive l’improvisation ! Notre fonctionnement c’était d’avoir réuni à l’avance quelques renseignements sur les endroits qu’on tenait vraiment à voir dans tel ou tel pays, via les blogs, les guides, les conseils d’autres voyageurs, et d’avoir localisé ces endroits sur la carte. Ensuite, à notre arrivée dans un nouveau pays, on commençait à réfléchir à l’itinéraire logique qu’on pourrait suivre pour voir ce qui nous intéresse sans faire trop d’aller et retour. Dans certains pays qui ont la bonne idée d’avoir un territoire tout en longueur (ah, chers Vietnam, Laos ou autre Chili..), c’est assez simple… Dans d’autres il faut réfléchir un peu plus. Là encore, ça permet d’organiser le voyage au fur et à mesure, et de rester à chaque endroit le temps que tu veux, selon comment tu t’y sens.

Choisir ses hébergements

Une question qu’on nous a souvent posé avant notre départ : « mais comment vous allez faire, tous vos hôtels sont réservés pour un an ? ». Alors… Non ! Pas du tout ! A supposer que ça soit possible (mais déjà il aurait fallu connaître la date de retour ! Et puis quel boulot, sachant qu’on a quand même fait 118 étapes !), ça nous aurait complètement angoissés de savoir dès le départ où on serait le mois prochain, puis le 5 janvier ou le 18 juillet !

Au début, on a eu tendance à réserver nos logements d’une étape sur l’autre. Et puis au bout de deux mois on a arrêté, on s’est rendu compte que c’était bien mieux de débarquer dans une ville et de chercher sur place un endroit où dormir. Alors on n’arrivaient pas non plus complètement à l’arrache, en général on avait noté quelques adresses repérées à l’avance. Plusieurs avantages : on arrive, on visite, si c’est pourri on assume et on repart, et si on reste on peut négocier les prix (sachant que dans nos gammes de prix il y a parfois des trucs vraiment horribles, donc on n’avait vraiment pas de scrupules à ne pas rester après avoir visité !). On s’est d’ailleurs rendu compte qu’en Asie, les prix en réservant sur internet sont très souvent plus élevés (voir beaucoup plus élevés) en réservant sur internet que sur place. Evidemment, l’inconvénient de cette méthode, c’est qu’on prend le risque de galérer un peu si tout est nul ou complet ; ça nous est arrivé deux – trois fois et c’est pas marrant, mais dans l’ensemble ça vaut le coup, d’autant qu’en Asie souvent les guesthouses sont concentrées dans les mêmes quartiers, donc il n’y a pas trop à marcher pour passer de l’une à l’autre (tu peux avoir 10 Guesthouses dans la même rue, et au pire il y a les tuk-tuk).

Bon on vous cache pas qu’on a eu quelques ratés et qu’il nous ait arrivé de chercher assez longtemps (2h de marche) un endroit où poser nos sacs en sortant d’un bus de nuit avec peu de sommeil… mais en général ça se passe bien !!

Le billet tour du monde : pour nous c’est non !

LA question qu’on s’est tous posée avant le grand départ : billet tour du monde ou pas ?

Pour nous la question a été vite réglée : pas question de se lier avec un billet qui comporte, quand même, des contraintes en termes d’itinéraire et de dates. On a donc vite renoncé à ce billet TDM, et on a tout simplement acheté nos différents billets au fur et à mesure, quand le besoin s’en faisait sentir.

Avantage : souplesse, tu changes ton itinéraire si tu veux, tu prolonges ou abrèges ton séjour dans un pays si tu veux, tu n’as pas de contraintes.

Inconvénient : plus cher ? Pas si sûr ! D’après les discussions qu’on a pu avoir avec les voyageurs qu’on a croisés et qui avaient ou non pris ce billet, on n’a pas eu l’impression qu’il y ait une grosse différence. Pour nous, sans billet tour du monde le budget avion ça a été 3500 euros par personne (et d’après le très bon blog tourdumondiste.com, c’est pile le budget moyen, sachant que le billet TDM serait choisi dans 73% des voyages !). Avec ce budget, on a pris 18 vols, dont 8 vols internationaux (Paris – Russie, Vietnam – Birmanie, Thaïlande – Nouvelle Zélande, NZ – Polynésie, Polynésie – Ile de Pâques, Ile de Pâques – Argentine, Pérou – USA, Canada – France) et 10 vols internes, dont on détaille les prix dans la rubrique budget. On a eu des bons prix en général, et il faut dire que l’avantage quand tu voyages longtemps c’est que tu n’est pas pressé, du coup s’il faut attendre une semaine pour avoir un vol moins cher… c’est pas un problème ! Tu peux même changer ta destination en fonction des prix : c’est comme ça qu’on s’est retrouvés à Miami pour le Nouvel An 2017, alors qu’on avait prévu d’être à la Nouvelle Orléans, juste parce qu’en arrivant du Pérou, les vols étaient moitié moins chers !

Finalement beaucoup de gens nous ont dit avoir dépensé à peu près la même chose que nous pour leur billet tour du monde plus les vols internes complémentaires ; du coup, à prix égal, on n’a pas regretté d’opter pour la formule qui laisse le plus de liberté !

Et vous, vous partez par où ??