Birmanie

Premiers pas en Birmanie : découverte de Rangon

Au prix d’une petite entorse à la logique géographique, après le Vietnam, c’est par la Birmanie qu’on poursuit notre découverte de l’Asie du Sud Est. Deux heures de vol sans problème depuis Ho Chi Minh City, et nous voilà posés sur le sol Birman, à Rangon, au sud du pays.

Pas vraiment de bus ici, sauf en centre ville (et attention les bus tout droit sortis d’un autre âge – certains pourraient aussi bien avoir été récupérés sur les plages du débarquement !), seule solution, le taxi, heureusement très accessible. On se groupe avec un couple gréco – polonais qu’on racole dans la file d’attente pour le distributeur de billets (première étape incontournable puisqu’une fois encore, on change de monnaie, et il nous faut donc nous procurer nos premiers kyats !), pour partager la course. L’aéroport est excentré et il faut une bonne heure de route pour rejoindre notre hôtel, dans le quartier de Downtown ; le trajet est agréable car le chauffeur, très sympa, fait un peu visite guidée et nous présente tous les monuments qu’on voit, tout en nous apprenant quelques mots de birman.

On s’installe dans notre hôtel, et, après une bonne après-midi de repos… on retourne à l’aéroport ! Hé oui, aujourd’hui, les effectifs du Kikisbackpackingtour augmentent, puisqu’on a le plaisir d’être rejoints par Catherine et Christian, les parents de Nico, avec qui il est prévu qu’on passe les trois prochaines semaines en Birmanie !

Le quartier de Downtown : vivant, mais globalement délabré

C’est donc tous les quatre qu’on se lance à la découverte du quartier de Downtown, l’actif et surchargé centre ville de Rangon. Découvrir le quartier permet une bonne immersion dans la vie birmane : dans ses rues tracées au cordeau, « à l’américaine », et bordées d’immeubles de taille moyenne, se déploie une activité incessante. Au milieu des petits bouis-bouis qui s’installent sur chaque coin de trottoir, des stands de vente de fruits, ou encore de Bétel (la très prisée plante à chiquer Birmane, qui sert de vermifuge et de coupe faim et qui rend les dents rouges), les Birmans déambulent tranquillement dans leurs longyi, l’habit traditionnel (une sorte de jupe qui se replie), et la plupart des femmes arborent un visage décoré au Thanakha, une poudre obtenue à partir de l’écorce de l’arbre du même nom.

On aime bien s’installer à l’un ou l’autre de ces petits stands pour goûter aux joies de la street-food ou déguster un bon petit jus de canne à sucre (spécialité d’Asie du sud-est) bien frais tout en observant l’animation ambiante.Il est indéniable que le quartier présente un certain charme, mais on ne peut cependant pas ignorer l’état de délabrement avancé des bâtiments et leurs façades défraichies. Le quartier est franchement décrépi, et très sale. On est d’ailleurs saisis par l’image de grande pauvreté qui se dégage de la ville, surtout en arrivant du Vietnam. Malgré ses ressources, la Birmanie est aujourd’hui l’un des pays les plus pauvres d’Asie, voire du monde ; la junte militaire au pouvoir depuis trop longtemps a bien su s’accaparer les richesses en appauvrissant son peuple. On sent d’ailleurs une forte volonté de changement parmi les Birmans : nombreux sont ceux qui évoquent spontanément avec nous la récente victoire électorale du parti d’Aung San Suu Kyi, et les espoirs qu’ils en nourrissent.

L’imposante Pagode Shwedagon

Le grand moment de la visite de Rangon, c’est la visite de la gigantesque Pagode Shwedagon, la plus sacrée de Birmanie, construite il y a environ 1500 ans. Autour de l’impressionnant stûpa central, recouvert de feuilles d’or, on trouve une multitude de pagodons, de petits temples et de statues de Bouddhas. L’endroit brille de mille feux, et est très paisible ; on prend son temps pour déambuler et se poser dans l’un ou l’autre des petits recoins ombragés. D’ailleurs, on est surpris de voir que plus qu’un lieu religieux, la Pagode est aussi un lieu de vie : des familles s’installent pour le pique-nique, des gens font la sieste allongés à même le sol, des groupes papotent tranquillement…

Allez, place aux photos ; attention, ça brille !

Une autre visite qui vaut le coup, le musée des pierres précieuses. La Birmanie extrait de son sol trois des quatre pierres précieuses (rubis, diamants, saphir), outre de la jade, de l’or et de nombreux autres minéraux. Le musée expose de superbes pierres brutes et des bijoux, et à l’étage d’en dessous, des magasins proposent de faire des folies… Rassurez vous, on est restés sages !

La gentillesse des Birmans

En quelques jours à Rangon, une réalité nous saute aux yeux : les Birmans, d’une façon générale, sont d’une gentillesse incroyable. On nous en avait parlé, mais cette réputation est plus que justifiée ! Très calmes, discrets voire réservés, ils ont en fait beaucoup d’intérêt et de sympathie pour les étrangers, et ils le montrent : c’est fou le nombre de sourires radieux et chaleureux qu’on récolte dans la rue ! Les contacts sont faciles, avec les enfants comme avec les adultes, et il est fréquent qu’on puisse engager quelques bribes de discussion toujours dans la bonne humeur. Du coup, il est vraiment agréable de se promener,et on se retrouve à sourire ou à dire bonjour à la moitié des gens qu’on croise ! Un vrai bonheur ! Même chose dans notre petit hôtel, le 15th street @ downtown hotel. Le staff est vraiment adorable et on passe un super séjour. D’ailleurs, emportée dans son élan, même si ça n’est pas vraiment la coutume ici, Catherine claque carrément la bise à toute l’équipe… qui a plutôt l’air d’apprécier !

Rangon aura donc été une bonne petite étape pour nous familiariser avec la Birmanie, en attendant la découverte des merveilles de Mandalay, Bagan et Inle !

Infos pratiques

Taxi : incontournable à Rangon. Le tarif normal pour un aller simple aéroport – Downtown est de 8.000 kyats. Pour une course dans le centre ville, compter entre 1500 et 3000 kyats selon la distance.

Bus Rangoon – Mandalay : 8 heures de trajets, 15.000 kyats par personne en bus de jour confortable, 8 heures de trajets. La gare routière est très excentrée, pour s’y rendre taxi 10.000 kyats.

On ne peut que recommander l’hôtel 15th street @ downtown hotel, très bien situé, confortable et avec un super staff. Un peu cher quand même, chambre à partir de 56.000 kyats.

9 commentaires

Répondre à Claire Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *