Birmanie

Sur la route de Mandalay…

Après nos quelques jours à Rangon, on prend la direction du centre du pays, destination : Mandalay. La journée de bus passe plutôt bien, le bus est confortable avec de grands sièges style 1ère classe de la SNCF en plus moelleux ; seul problème, les télés diffusent pendant tout le trajet un florilège des pires films d’action de la création, à plein volume… ! Ah, on est aussi plus ou moins tombés en panne le midi pendant la pause repas ; l’arrêt qui devait durer une demi-heure s’est prolongé sur une heure et demie avec les trois membres de l’équipage la tête dans le moteur… Mais bon, on a fini par repartir et par rallier Mandalay sans encombre, où on s’installe dans la soirée dans notre hôtel au nom d’autoroute (Hôtel « A1 », véridique !) en centre ville.

Mandalay, une ville fade mais qui abrite quelques superbes monuments

Bon, soyons honnêtes, Mandalay n’est pas (du tout !) une belle ville. Quadrillé d’avenues bordées d’immeubles tout moches, avec pas mal de circulation, et beaucoup moins vivant que Rangon, le centre ville (et ses bidonvilles qui fleurissent par endroits entre les avenues…) est bien fade…

Côté monuments, en revanche la ville est plutôt bien fournie. L’immense palais mis à part (le palais d’origine, ancien, a brûlé, et l’actuel n’est qu’une reconstitution récente sans grand intérêt), plusieurs sites valent le coup d’œil.Le premier jour, on visite le monastère Shwe Nandaw, aussi appelé « golden palace ». Magnifique palais en teck massif, avec un intérieur recouvert de feuilles d’or (d’où son nom) et agrémenté de centaines de petites sculptures de bouddhas toutes différentes les unes des autres.

Tout près se trouve la pagode Kuthodaw, qui prétend au titre de « plus grand livre ouvert du monde » car ces 729 pagodons, organisés autour de l’inévitable stûpa central, renferment tous une stèle gravée transcrivant les règles du bouddhisme (ça fait beaucoup de règles ! En tout cas c’est plus épais que le Code du Travail !).

Après ces premières visites, on se pose pour manger dans un boui-boui au bord d’un petit lac. Le repas se termine par une séance photo avec les écoliers du coin : les gamins sont craquants et tapent carrément la pose pour Célia !

L’après-midi, on grimpe en haut de la colline qui surplombe la ville. L’ascension peut se faire soit en pick-up collectif (plutôt rudimentaire : planche en bois à l’arrière !), soit à pied, le long d’un escalier d’environ 1700 marches qui serpente le long de la colline. La grimpette (pieds nus, l’escalier compte comme une partie de pagode) est agréable, car l’escalier, couvert, traverse régulièrement de mini-pagodes joliment décorées et croise de nombreuses statues de bouddhas. Une fois en haut, depuis une magnifique pagode (oui, encore une !) colorée, on a une superbe vue sur la ville et ses alentours.

Enfin, on visite la pagode principale de Mandalay, la pagode Mahamuni, qui date du 18ème Siècle. Stûpa doré et animation garantie, car la pagode est encore en service et les fidèles s’y pressent (devant la statue du Bouddha et puis aussi le long des stands qui se multiplient le long des couloirs d’accès).

Et puis, comme d’habitude on aime bien aller se balader au marché et observer l’animation qui y règne tout en découvrant les produits locaux (ici, beaucoup de poisson séché et d’épices).

Dans les environs de Mandalay : à la découverte des anciennes capitales royales !

Après avoir visité Mandalay et ses principaux monuments, on décide de partir explorer les environs, et en particulier les anciennes capitales royales, Amarapura, Inwa et Sagaing.

Amarapura est une petite ville installée en bordure d’un lac, où l’on vient surtout pour déambuler tranquillement sur le pont U’Bein. Ce pont en teck de 1.200 mètres de long a été construit en 1849 pour relier la ville à la campagne pendant la mousson. Les familles s’y promènent le dimanche, les moines traversent pour aller d’un monastère à un autre, l’atmosphère y est très agréable et sereine.

Le long du lac, on trouve plein de petites gargotes qui préparent des crevettes et crabes grillés provenant de la pêche locale. C’est donc après avoir fait bombance que l’on se lance pour une balade sur ce superbe pont.La visite sera marquée par un semi-drame : à la sortie de la voiture, l’appareil photo fait une belle chute, et l’objectif atterrit face contre terre et se casse net en deux. Catastrophe !!!! Comment on va faire ??? Heureusement, notre chauffeur de taxi, super sympa nous emmènera le soir de retour à Mandalay dans le petit shop d’une sorte d’ermite échevelé entouré de morceaux d’appareils photo du sol au plafond, qui nous sauvera la mise en une soirée pour à peine 20 euros… On peut le dire, on a eu chaud !

Sagaing est située à 20 km au Sud de Mandalay. Ses multiples pagodes, stûpas et monastères sont perchés sur les collines surplombant le fleuve Irrawaddy et dessinent un superbe paysage. De la pagode U Ponya, on a une très belle vue sur les environs.

Le clou de la visite est quand même le sanctuaire Umin Thounzay avec sa galerie comportant 45 bouddhas alignés en arc de cercle. Impressionnant !

On se rend ensuite à Inwa, située au confluent de la rivière Dokéhtawaddy et du fleuve Irrawaddy. Pour y accéder il faut traverser la rivière avec un petit bateau qui tient lieu de ferry.

De l’autre côté, on arrive sur un chemin de terre en pleine campagne où il n’y a pas grand chose hormis des dizaines de calèches à cheval qui attendent le touriste pour l’emmener voir les différents sites sur l’île. A peine se retrouve-t-on sur la terre ferme qu’on est encerclés par plein de mecs qui veulent absolument qu’on monte avec eux pour un prix super élevé. Non seulement on n’est pas fans des tours-à-dada-pour-amuser-le-touriste mais en plus la manière est franchement désagréable voire oppressante (ce qui est franchement rare en Birmanie). On commence donc par refuser ; on se dit qu’on va faire la balade à pied et on commence donc à avancer, toujours poursuivis par plusieurs cochers insistants… le problème dont on prend conscience c’est que le dernier bateau pour le retour part dans 1 heure et la boucle fait quasiment 5 kms… On est donc un peu coincés, les mecs continuent de nous harceler, la pression monte un peu et on est à deux doigts de repartir sans avoir rien vu (ce qui aurait été vraiment dommage). L’avantage c’est que nous voyant prêts à repartir, l’un des cochers accepte notre proposition à savoir nous faire moitié prix. On finit donc de mauvaise grâce par prendre deux calèches, à nous le tour-à-dada-pour-amuser-le-touriste !!

Une fois cet épisode passé, on arrive à apprécier les charmes d’Inwa qui est un endroit superbe ! Ambiance champêtre pour cette ancienne capitale royale devenue un petit village d’à peine 3000 habitants. Quelques poignées de maisons en bois, la plupart montées sur pilotis, sont dispersées au milieu de la végétation, des champs et des rizières. L’atmosphère est très paisible, très agréable.

Disséminés dans la campagne, quelques superbes sites, dont les ruines de la pagode Yedanasini, perdues au milieu de la végétation, ce qui leur donne un aspect mystérieux et romantique.

L’ambiance de l’endroit nous a vraiment plu et avec le recul on s’est dit qu’il aurait été sympa d’y passer plus de temps et peut-être même d’y passer une nuit…

Les Birmans, toujours aussi chaleureux

Comme à Rangoon à Mandalay l’accueil des Birmans est toujours aussi chaleureux. Ici, dans la rue, non seulement les passants nous sourient et nous disent bonjour mais en plus, nombreux sont ceux qui nous abordent carrément pour des petites séances photos. Et à ce jeu là, c’est Célia qui remporte la palme !

Infos pratiques

Bus Yangon – Mandalay : 15500 kyats par personne, 8 heures de trajet. Départ de la gare routière de Yangon, très excentrée (taxi 10.000 kyats), arrivée à la gare routière de Mandalay, excentrée aussi (taxi 8000 kyats) !

Hôtel A1 : bien situé dans le centre ville, sans charme particulier mais vraiment très confortable et propre, avec de grandes chambres, pour un prix très raisonnable pour la Birmanie en haute saison (26000 kyats la nuit).

Pour la visite de Mandalay et des capitales royales, il faut acheter un pass à 10.000 kyat qui inclut l’entrée dans tous les sites.

Transports : on peut aller à Amarapura, Inwa et Sagaing à vélo (ça n’est pas très loin), scooter ou en voiture. Pour Inwa, traversée en bateau (AR 1000 kyat), et essayer d’arriver pas trop tard pour avoir le temps de faire la promenade à pied avant le dernier bateau retour à 17h environ.

13 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *