Kikisbackpackingtour  –  Blog voyages

Au centre du Chili, la majestueuse vallée de l’Elqui

Adios Valparaiso, en route pour de nouvelles aventures !  7h de bus le long du Pacifique, à travers les collines recouvertes de cactus, et nous voilà à La Serena, ville du centre du Chili, porte d’entrée de la vallée de l’Elqui.

Un passage par La Serena

On se pose d’abord à La Serena, ville de taille moyenne, agréable et assez jolie, vivante, avec incontestablement un côté beaucoup plus « clean » que Valparaiso. C’est aussi une station balnéaire prisée en été, en témoigne l’horrible front de mer bétonné. On passe une journée ici, on déambule dans le centre ville, autour de la Plaza de Armas où la vie s’écoule tranquillement, et, après un bon menu del dia au marché, on visite quelques-unes des… 29 églises de la ville !! Allez, on vous en épargne 25 et on vous propose seulement quelques photos.

Une autre curiosité vue dans la ville : une librairie-mobil !!!

Direction la Vallée de l’Elqui

Mais bien plus que La Serena, l’intérêt de la région, c’est la majestueuse Valle de l’Elqui, qui propose un paysage surprenant. Au cœur des montagnes arides, aux flancs couverts de rocailles, poussière et cactus, serpente la vallée fertile, étonnamment verte, où poussent, le long du rio, fleurs, palmiers, vignes et orangers. En toile de fond, les sommets enneigés de la cordillère, dont on n’est jamais bien loin au Chili, complètent harmonieusement ce tableau tout en contrastes.

On se base dans le village de Vicuna, au cœur de la vallée, qui se prête bien aux randos à pied ou à vélo. Plusieurs balades sont possibles autour de Vicuna, dès la sortie du village on peut se lancer dans une petite grimpette et avoir une vue sympa du haut des collines (par exemple depuis le cerro de la Virgen). On a juste eu un peu de mal une fois à redescendre pour regagner le village, le long des collines on se retrouve vite au milieu des vignes, qui elles-mêmes donnent sur l’arrière des maisons en bordure du village… Heureusement qu’un mec sympa nous a gentiment fait traverser son jardin pour qu’on accède à la rue !

Mais le top, c’est de prendre le bus depuis Vicuna pour se rendre plus haut dans la vallée, du côté du village de Pisco Elqui. On y est allé deux fois et on a pris plein les yeux ! La première fois, on monte avec les vélos ; on dit bien « avec », et non pas « à », disons que les vélos et nous-mêmes sommes tous montés en bus ! De là haut, il y a 40 kilomètres pour revenir jusqu’à Vicuna. Sur les 20 premiers, le paysage est vraiment superbe, et sous un grand soleil la balade est super sympa ! En plus on bénéficie d’un dénivelé très favorable, ce qui ne gâche rien…  Bon, il y avait un bon vent de face, qui nous a obligés à pédaler dur quand même… En cours de route, histoire de se reposer un peu, on fait un arrêt dans une bodega, au cœur des vignes, pour recevoir quelques explications sur cette production artisanale, et puis surtout pour la dégustation… On repart avec une bonne bouteille, parce qu’on ne se refait pas, mais surtout on s’est sentis obligés d’acheter, ça ne se fait pas de goûter puis de partir les mains vides :-).

Du coup, la journée se termine par un petit apéro sur la terrasse de l’hostal, face aux montagnes !


D’ailleurs, glander dans le super jardin de l’hostal Michel, plein de fleurs et de petits cactus, autour duquel sont disposées les chambres, est en soi une activité. Il règne ici une très bonne ambiance : le cadre est super agréable, la population est cosmopolite (backpackers -latino et gringo- et travailleurs chiliens se retrouvent dans cet hostal, le moins cher du village), et Manolo, le gérant, distille sa bonne humeur. Ayant longtemps vécu à Montréal, il parle français avec un double accent chilien – québécois (un pur délice). Sourire malicieux et regard pétillant, il déambule dans le jardin et engage volontiers la conversation, et c’est avec le plus grand naturel qu’il vient s’installer avec nous dans le jardin pour un petit café, ou encore qu’il partage son barbecue, tout en parlant du Chili ou de beaucoup d’autres choses. Le vendredi soir, on se demande encore comment une soirée qui partait très sagement (« un petit verre ? Oui mais juste un petit… ») a pu s’enflammer à ce point… Bon, le pisco y est certainement pour quelque chose, et quand tout l’hôtel participe, y compris Manolo, le bruit n’est plus vraiment un problème… Tout ça se termine (enfin, pour ceux qui ne sont pas KO), tard, dans le bar du coin, pour une fin de soirée karaoké et salsa. Animées, les folles nuits Vicuniennes !! Evidemment, le lendemain, l’hostal et ses occupants sont beaucoup plus calmes… réveillés à 16h30, record battu pour nos potes Aleksandra et Geoffrey !

 

Autre activité de notre séjour, une petite soirée astronomie. La vallée de l’Elqui est réputée pour bénéficier d’un ciel parmi les plus purs et clairs au monde, et pour cette raison des dizaines d’observatoires s’y sont installés. Il parait que les chercheurs réservent les observatoires scientifiques cinq ans à l’avance ! Heureusement pour nous, les observatoires ouverts aux visiteurs demandent moins d’anticipation, et on s’inscrit donc, avec Geoffrey et Aleksandra, pour une nuit observation des étoiles. A l’œil nu ou au téléscope, on observe plusieurs constellations, mais surtout, clou du spectacle, les planètes Mars et Saturne, visibles en ce moment !

On pensait passer deux jours ici, on y sera finalement restés cinq… Et c’est la tête encore dans les étoiles qu’on repart de la Vallée de l’Elqui avec pour challenge de remonter en stop vers le nord du Chili !

Infos pratiques

Bus La Serena – Vicuna : 1h de trajet, 2000 pesos

Bus Vicuna – Pisco Elqui : 1h de trajet, 2000 pesos

Hostal à Vicuna : Hostal Michel, chambre double négociée à 22000 pesos (au lieu de 24000… durs en affaires les chiliens !). Site internet (en français) : www.hostalmichel.com

Observatoire : 10000 pesos (avec transport), réservation via l’hostal

Location de vélo : 6000 pesos la journée via l’hostal (possibilité de location à l’heure dans une boutique de la même rue)

7 reflexions sur “Au centre du Chili, la majestueuse vallée de l’Elqui

    1. Kikis Auteur de l'article

      Salut !

      Alors le nom on ne l’a pas noté… C’est un plan de Manolo de l’hostal Michel. Il y a plusieurs observatoires dans le coin, celui là était proche du village, il n’était pas dans le guide du routard, et ça n’était pas celui qui proposait les explications les plus techniques (il y a un autre observatoire, plus cher, qui est adapté pour ceux qui ont déjà des notions d’astronomie). Vous devriez pouvoir l’identifier si vous allez vous renseigner à l’hostal Michel.
      En tout cas la soirée était bien, les explications claires, et c’est sérieux (soirée décalée si ciel couvert, ce qui est rare mais qui est arrivé pendant notre passage à Vicuna).
      Si vous voyez Manolo passez lui le bonjour de la part de Célia et Nico qui étaient là il y a presque un an !!
      Bonne route ! (on a commencé à suivre votre blog il y a quelques temps 🙂 )

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *