Chine

Autour de Guilin, Yangshuo et Xingping : à la découverte des pics karstiques

Après un rapide passage par Gulin, ville dans laquelle on aura passé deux jours bien agréables à se promener autour des lacs avec leurs jolies pagodes et à déambuler le long des rues piétonnes qui s’animent en soirée, on prend la direction de Yangshuo, au cœur de la région des pics karstiques terrestres qui sont la raison de notre présence ici.

On avait pas mal hésité sur le choix de notre camp de base : Yangshuo, dont il se dit que le tourisme l’a totalement transformé, mais qui a l’avantage d’être situé à la fois sur les rivières Li et Yulong, ou Xingping, au bord de la rivière Li, parfois présenté comme un village plus paisible, mais avec des avis divergents. Finalement, on opte un peu pour la stratégie du « ni l’un ni l’autre », en s’installant à plusieurs kilomètres de Yangshuo, au bord de la Yulong, loin de l’agitation. On ne le regrette pas, car la localisation est stratégique pour rayonner dans la région, et on aura l’occasion de vérifier que le village lui-même est effectivement plutôt du genre à éviter (ça n’est plus du tout un « village » d’ailleurs, plutôt une ville surpeuplée et ultra-touristique).

Dès le premier soir, rien qu’aux abords de notre hôtel (le très agréable Giggling Tree), on est émerveillés par le décor avec ces pics majestueux au dessus de la rivière et des rizières.

Et ensuite… Pendant quatre jours on en prend plein les yeux à la découverte des environs ! 

Jour 1 : balade à vélo le long de la rivière Yulong

La balade à vélo le long de la rivière Yulong, c’est un peu l’activité incontournable dans la région, mais les paysages qu’on y découvre le justifient totalement. Sur une douzaine de kilomètres, on suit la rivière qui s’écoule dans la vallée, au milieu des rizières et autres plantations, encadrées de part et d’autre par les hauts pics karstiques couverts de végétation. L’ambiance est très zen, la plupart du temps on est seuls ou presque (c’est surtout au niveau des embarcadères pour les tours de radeau qu’il y a du monde), le chemin traverse des petits villages et des champs, on peut vraiment apprécier le moment.

Arrivés au pont de Fuli (un peu après le pont du dragon qui classiquement marque la fin du parcours), on fait une pause baignade dans la rivière, qui fait vraiment du bien vu la chaleur caniculaire.

Pour le retour, on décide de prendre l’autre rive direction Yangshuo, et de zapper le tour de radeau de bambou (c’est le grand truc ici, on peut embarquer à 2 ou 3 sur de petits radeaux avec un conducteur qui dirige l’embarcation avec une perche, pour descendre un bout de rivière pendant que les vélos redescendent en camionette ; il paraît que c’est sympa, mais c’est cher et les radeaux sont un peu à la file sur la rivière). Au total, c’est une virée qui nous aura pris environ 5 heures, pauses photos, repas et baignade comprises, pour environ 25 kilomètres. C’est très faisable : le parcours est plat et le chemin est bétonné, et pour ceux qui ne se sentent pas en mesure de se lancer, surtout vu leur chaleur, il y a toujours l’option scooter électrique, très populaire ici.

Jour 2 : Grimpette des pics et spectacle « Liu San Jie »

Pour ce deuxième jour, après une matinée farniente à la piscine on consacre notre après-midi à grimper des pics. On commence par un pic appelé « Moonhil » (rocher de la Lune) et surnommé… « Nixon Trail », car Nixon a un jour absolument voulu y grimper ! C’est un pic surmonté par une sorte d’arcade rocheuse formant un trou par lequel on peut voir la Lune à certaine période de l’année. De là-haut, après 800 marches et environ 30 minutes de grimpette au milieu des bambous, on a une vue à 360° sur les environs, un peu saturée quand même à cause de la chaleur et l’humidité. Il n’y a pas trop de monde et c’est aussi un spot d’escalade plutôt sympa pour les amateurs !

On se rend ensuite dans Yangshuo pour grimper la colline appelée « Ma Shan » ou aussi « TV Tower » (tout simplement parce que des antennes TV y sont installées). Le chemin n’est pas très facile à trouver au début, il faut passer derrière le marché et zigzaguer dans les ruelles mais en s’aidant de maps.me (qui a quand même parfois un peu de mal) et en demandant son chemin 2-3 fois on s’en sort très bien et on finit par trouver le sentier (ensuite c’est facile il n’y a plus qu’à suivre le sentier jusqu’en haut !). Cette deuxième montée de la journée est bien raide et plus dure que la première, mais l’effort est récompensé par un très bon spot pour admirer le coucher du soleil (depuis la plateforme tout en haut, à laquelle on accède moyennant un petit pourboire au gardien).

Pour la suite de la soirée, on va voir l’incontournable spectacle « Liu San Jie », dont on avait entendu beaucoup de bien et qu’on ne voulait pas rater. C’est un grand classique du coin, joué depuis 15 ans et actuellement au rythme de deux fois par soir avec une salle comble. C’est un spectacle de son et lumière avec des passages chantés, qui est magnifique. Le show est impressionnant avec plus de 600 acteurs, figurants et chanteurs, la mise en scène est très esthétique et le cadre est génial : ça se passe en plein air, sur un bout de rivière Li dominé par une dizaine de pics karstiques, qui sont beaucoup utilisés pour les jeux de lumière. C’est superbe, d’un bout à l’autre. Le côté moins positif, c’est que le spectacle est aussi en tribune… C’est la première fois qu’on avait l’occasion de voir un public chinois à l’œuvre, et c’est pas triste : tout le monde parle (fort) pendant tout le spectacle, les gens se déplacent, les gamins courent partout, il y en a même eu pour regarder des vidéos sur leur portable avec le son à fond… Apparemment ça ne dérange personne, donc il faut faire avec !

Pour savoir comment prendre vos places, voir les infos pratiques en bas de l’article.

Jour 3 : une virée à scooter vers Xingping

Le lendemain, au programme c’est scooter vers Xingping. On s’y rend via les routes qui remontent dans les montagnes le long de la rive ouest de la rivière Li (sur les conseils du super article du blog WorldWildBrice), en passant par les plantations de thé. La route monte doucement et il n’y a quasiment pas de circulation, ce qui fait que la balade est sympa, d’autant qu’en chemin on atteint plusieurs points de vue vraiment cool sur la rivière et les pics (mais le matin, la lumière est moins ouf).

A l’approche de Xingping (qui est sur la rive opposée), il faut redescendre au niveau de la rivière puis la traverser. On était prévenu que la descente était un peu difficile, car elle se fait sur des chemins de terre bien raides, mais ce qu’on n’avait pas prévu c’est qu’en plus on se tromperait de chemin et qu’on finirait sur une sorte de chemin de rando ultra-raide, avec des rochers partout formant des sortes d’escaliers à obstacle. Le temps qu’on réalise dans quel pétrin on s’est mis, il est bien trop tard pour faire demi tour (d’ailleurs il est techniquement impossible de faire demi tour vu l’étroitesse du sentier). Résultat : pendant 45 minutes on est pieds à terre en train de pousser – tirer – soulever tant bien que mal le scooter pour lui faire passer les obstacles, à en avoir les bras en feu et en se disant qu’on ne s’en sortira jamais. Franchement on a bien crus qu’on allait rester bloqués, surtout quand le scooter s’est trouvé plus ou moins encastré entre deux rochers ! Autant dire qu’on ne faisait pas les malins, et quand enfin on a pu se sortir de là on était bien soulagés ! Bref, on déconseille totalement de descendre par ce chemin (qui part du point de vue environ 800 mètres avant la montagne) ! Après ces aventures, il ne restait plus qu’à atteindre la rivière et à la traverser, en embarquant le scoot sur le traversier : ça aussi c’est un peu chaud, mais non, on n’a pas mis le scoot à l’eau !

Après ces péripéties on se promène un peu dans Xingping, qui est effectivement plus petit et plus calme que Yangshuo. La « old street » est jolie, même si entièrement dédiée au tourisme. Par contre sur les rives de la rivière Li, c’est surpeuplé, les gros bateaux en provenance de Guilin déversent des hordes de touristes qui vont faire un tour de radeau en bambou (version plus grosse que ceux de la Yulong, et à moteur). On fait avec, car le cadre est superbe. La rivière Li est plus large que la Yulong, et au niveau de Xingping les pics karstiques sont imposants et sont juste au bord de l’eau. On se rend à l’incontournable point de vue « des 20 Yuans » (en bord de rivière et facile d’accès), appelé comme ça parce que le paysage qu’on y voit se trouve au dos du billet de 20 yuans. On n’a d’ailleurs pas résistés à l’envie de faire LA photo kitsch de l’endroit !

On s’attaque ensuite à l’ascension du pic de Laozhai, aux abords immédiats du village (le chemin commence au niveau de l’embarcadère du traversier). Encore une fois il faut compter une bonne demi heure de grimpette bien raide, mais une fois en haut, quelle vue ! Depuis le chapiteau qui marque l’arrivée on a une vue à environ 180 degré, mais en grimpant les rochers pour atteindre l’antenne verte, c’est quasiment un 360 degrés ! La vue est époustouflante et vaut totalement l’effort (et d’après les photos qu’on a pu voir, au coucher du soleil c’est superbe aussi !).

Infos pratiques

Logement à Yangshuo : le Giggling tree est vraiment top, c’est un hôtel à quelques kilomètres du village, tout proche de la rivière Yulong. L’endroit a du charme, c’est confortable, il y a une piscine. Tarif 300 Yuan par nuit. Pour une option moins chère et plus centrale, l’auberge de jeunesse Wada Hostel est un bon plan (on n’y a pas dormi mais on y est passé pour louer un scooter et boire un café) : c’est à 2 minutes de West street tout en étant dans une ruelle un peu à l’écart du bruit, et c’est la vrai AJ avec plein de services annexes. Chambre 140 Y, lit en dortoir 32 Yuan.

Location de vélos / Scooter électriques à Yangshuo : on en trouve partout et le tarif courant est de 20 Y par jour pour les vélos, 50 pour les vélos électriques (on peut être à 2 par vélo électrique).

Location de scooter à Yangshuo : ils sont moins répandus, mais ça se trouve, par exemple à Wada Hostel : 100 Y par jour, essence comprise.

Spectacle Liu San Jie : on peut acheter les billets directement sur place au guichet (inutile de réserver via un hôtel), et sans forcément réserver très longtemps à l’avance. En ce qui nous concerne on les a achetés en fin d’après-midi pour le soir même. La catégorie C, la moins chère (190 Yuans quand même) correspond en réalité à des très bonnes places : il s’agit des tout premiers rangs, avec une très bonne vue d’ensemble, et on évite un peu les bruits parasites de la foule qui est derrière

Trajet Guilin – Yangshuo : départ des bus depuis la gare routière sud de Guilin (qu’on peut rejoindre avec le bus 99 qui passe en centre ville). Le trajet dure 1 heure, le tarif est de 27Y au guichet (attention aux rabatteurs devant la gare routière qui vendent des billets plus chers).

Trajet Yangshuo – Dazhai : il y a des bus directs depuis la gare routière sud de Yangshuo, notamment à 9h et 13h30. Le trajet dure 3h30 environ, le tarif est de 90 Yuan (bizarrement, dans le sens Dazhai – Yangshuo, c’est moins cher).

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *