Kikisbackpackingtour  –  Blog voyages

De sable, de sel et de pierre : le désert d’Atacama !

Pour notre dernière étape chilienne, on se dirige vers l’un des hauts lieux touristiques du pays, le désert d’Atacama ! Désert le plus sec du monde, il s’étend, à plus de 2500 mètres d’altitude, sur 100.000 kilomètres carrés le long de la cordillère des Andes. Sa géologie est si particulière que c’est ici que la NASA teste les robots qu’elle compte envoyer sur Mars ! Fait de roche, de sable et de sel, le désert d’Atacama abrite une grande variété de curiosités naturelles et géologiques : vallées rocheuses, lagunes multicolores, geysers, salar, volcans frôlant ou dépassant les 6000m… Il y en a pour tous les goûts !

L’inévitable camp de base pour explorer le désert, c’est le village de San Pedro de Atacama. San Pedro, c’est LE village touristique par excellence, une sorte de disneyland pour adultes qui n’est plus qu’une succession de restau-bars et d’agences proposant leurs services pour des excursions guidées. Une vrai machine à sous, pour reprendre l’expression de Manolo. C’est que, explorer le désert d’Atacama, ça n’est pas toujours évident à faire par ses propres moyens : pas de transports en commun ici, si l’on n’est pas déjà véhiculé, pour la plupart des sites il faut soit louer une voiture à prix d’or, soit s’inscrire pour un tour organisé, et ce business est donc florissant.

Pour notre part, on décide de se limiter aux sites les plus proches de San Pedro, accessibles à vélo. On consacre donc une première journée à l’exploration de la vallée de la lune, étonnantes gorges où se succèdent les formations rocheuses, cristallisées par le sel, et les dunes de sables. A vélo, ça se fait bien, enfin surtout le retour, car à l’aller ça grimpe un peu quand même !

Pour notre deuxième balade, on choisit d’aller visiter la vallée de la Muerte, et histoire de changer, on décide d’y aller à cheval ! Ca fait un moment qu’on voulait se faire une petite promenade à cheval et on s’est dit qu’ici le cadre s’y prêtait bien. On ne regrette vraiment pas, le circuit au milieu des canyons et des dunes de sables est magnifique et donnerait presque l’impression d’être dans un western ! Pour un peu on se prendrait pour John Wayne ! Mais une fois lancés au galop, l’épopée est moins glorieuse !

Et le soir, de retour à l’hostal, au programme c’est soirée avec un joyeux trio (Arnaud qui vit à Valparaiso depuis 2 ans et ses potes Théo et Matthieu, cinéastes de leur état et en repérage pour tourner un western dans le désert) rencontré ici puis observation des étoiles aux abords du village. Il semblerait qu’on ait retenu quelques trucs de notre initiation à l’astronomie dans la vallée de l’Elqui, puisque, tous fiers, on arrive à resituer la constellation du Scorpion, ainsi que Mars et Saturne ! Et le lendemain… c’est petit dej avec des vrais pains au chocolat de la boulangerie française rapportés par nos compères de la veille ! Après une si longue période de privation, y’a pas à dire, un bon pain au chocolat (Non ! On ne dit pas « chocolatine ») c’est quand même super bon !

Côté visites, on décide de limiter notre découverte du désert à ces deux vallées. Ca n’est pas par manque d’intérêt qu’on fait l’impasse sur le reste, mais lagunes, flamands roses et geysers nous attendent de l’autre côté de la frontière, pour ouvrir les festivités boliviennes !

Infos pratiques

Bus Iquique-Calama : 6h de trajet, 12000 pesos

Bus Calama-San Pedro de Atacama : 1h30 de trajet, 3000 pesos

Hostal à San Pedro de Atacama : Hostal Vilacoyo : 8000 pesos par personne

Location de vélo à San Pedro de Atacama : 3000 pesos par personne pour 6h

Cheval : Rancho Cactus, 25000 pesos par personne les 3 heures

2 reflexions sur “De sable, de sel et de pierre : le désert d’Atacama !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *