Birmanie

La magie de Bagan

Pour rejoindre la plaine de Bagan depuis Mandalay, plutôt que le bus, on choisit le bateau, plus sympa. Embarquement à 6h30 du matin (aïe, ça pique !), et c’est parti pour 10h de navigation sur le fleuve Irrawaddy. Les berges sont assez désertiques et le paysage plutôt monotone, mais la journée est agréable, on se laisse porter sous un grand soleil.

L’arrivée à Bagan

A l’arrivée, c’est un peu la cohue au débarcadère. Enfin, débarcadère… En fait, il n’y a rien, le bateau se range le long de la berge et de modestes planches sont installées pour improviser un pont de fortune, pendant que deux mecs tiennent une espèce de perche en bambou qui tiendra lieu de rampe… Une foule de vendeurs forme le comité d’accueil, on vend de tout, y compris des traductions dans toutes les langues du bouquin de Georges Orwell sur la Birmanie (« c’est moi qui l’a fait » déclare d’ailleurs fièrement en français une gamine en brandissant le livre… Bien tenté, mais ça il faut le dire pour les peintures ou les bijoux !!).

Bref, on rejoint notre hôtel, dans le sud de la plaine de Bagan, près du village de New Bagan. Super hôtel, avec, grand kiff… Une piscine ! C’est le 1er hôtel de notre voyage à en avoir une, et on en profitera bien pendant notre séjour !

Bagan, un site exceptionnel

Construits entre les XIème et XIIIème siècles, les environ 2000 pagodes, temples et stûpas (mais il y en aurait eu jusqu’à 4000 !!) disséminés au sein de cette plaine d’environ 40 kilomètres carrés bordée à l’ouest par l’Irrawaddy avec les montagnes en arrière plan, font de Bagan le site historique majeur de Birmanie. Magnifique, merveilleux,extraordinaire,envoûtant, hypnotisant sont autant d’adjectifs qui viennent à l’esprit lorsqu’on découvre Bagan. Une chose est certaine, sur 2000 monuments, on ne verra pas tout. Certains temples ou pagodes particulièrement imposants méritent d’être ciblés car il serait dommage de les rater, mais pour se laisser vraiment emporter par la magie de Bagan, mieux vaut aller un peu au hasard, au gré de ses envies, et s’arrêter dès qu’on est attirés par l’une ou l’autre de ces constructions de pierres rouges si attrayantes. L’idéal est de visiter à vélo (éventuellement électrique), tranquillement, pour être libre de se perdre au fil de ses découvertes, sur les routes ou les pistes de sable. On est environnés par les temples et partout où le regard se porte, il en apparaît de nouveaux.

Quand on entre dans l’un ou l’autre de ces temples, on découvre des statues de bouddhas en pierre, des gravures et des restes de peintures. Dans certains temples on peut grimper et, d’en haut, avoir une belle vue d’ensemble sur les environs hérissés de tours.

Pendant 5 jours, on ne se lasse pas de déambuler à travers la plaine sur nos vélos et d’en admirer encore et encore les merveilles, ainsi que les scènes de la vie locale.

Bien sûr, les visites sont parfois entrecoupées par les inévitables -mais agréables- séances photos avec les Birmans.

Et au coucher de soleil, c’est pas mal non plus…

Un moment inoubliable : le lever de soleil sur Bagan

On n’est vraiment pas du matin, mais là, c’est sur, on fera ce qu’il faut pour pouvoir admirer un lever de soleil sur Bagan ! C’est donc à 5h du mat’ qu’on se sort du lit pour enfourcher nos vélos (électriques ce matin là, faut pas pousser !) et rejoindre une pagode qu’on avait repérée, dont les étages offrent une vue dégagée sur une grande partie de la plaine. Quand on arrive, il fait nuit noire, et on se demande si on n’est pas venus un peu tôt… On patiente autour d’un petit café (bien évidemment !!) qu’on s’était apporté, et peu de temps après, le spectacle commence : le jour se lève, le soleil apparaît au dessus des montagnes, la plaine et ses pagodes se couvrent de superbes reflets orangés… Et puis, c’est le décollage des montgolfières ; quelques dizaines survolent la plaine et notre pagode. Loin de dénaturer le paysage, elles en renforcent encore la magie ; on n’exagère pas en disant qu’on est restés bouche bée devant ce spectacle…. Mais autant en juger en images !

C’est après 5 jours qu’on quitte Bagan, enchantés par cette magnifique découverte. Et maintenant, à nous le lac Inle !

Infos pratiques

Pour accéder à Bagan depuis Mandalay, on peut soit prendre le bus, soit le bateau. Les slow boat sont les moins chers, mais ils ne partent pas tous les jours. Les speed boat (où il n’y a que des étrangers) partent tous les jours : 10 h de trajet, 55.000 kyats par personne (petit ej et repas du midi inclus).

Hôtel à Bagan : en haute saison, tout est assez cher. Notre hôtel (Yadanarbon) est une bonne adresse : chambre très bien, et surtout… piscine, pour environ 45 dollars la nuit.

Pour se déplacer au sein de la plaine de Bagan : location de vélo 3000 kyats par jours, vélo électrique 8000 kyats par jour (un peu négociable : pour nous, location sur 5 jours payés 4).

8 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *