Birmanie

L’atypique lac Inle

Après avoir découvert les charmes de Bagan, on se dirige vers le lac Inle, dernière étape de notre voyage en Birmanie.Ce vaste lac (120 km carrés, le 2e plus grand du pays), enserré entre les montagnes, est atypique à plus d’un titre.

D’abord, il n’est pas qu’une vaste étendue d’eau uniforme. Les ilots, les bandes de terre et les plantes flottantes, qui forment par endroits de véritables petits canaux, dessinent un paysage changeant. Terre et eau s’entremêlent et brouillent les repères.

Deuxième originalité, les quelques dizaines de villages sur pilotis construits au beau milieu du lac ! Car le lac est habité, par les Inthas, arrivés dans la région aux environs du XIIe Siècle ; ayant trouvé les berges occupées, par le peuple Shan, les Inthas ont tout simplement décidés de s’installer au milieu du lac. Ils y vivent encore aujourd’hui, dans ce monde mi terrestre, mi aquatique. On se déplace en pirogue dans les canaux bordant les maisons en bambous montés sur pilotis, ou à pied sur les petits chemins et ponts de bois qui serpentent à travers les ilots. Diverses infrastructures ont été mises en place, adaptées à la vie aquatique : au dessus de ces pilotis, c’est la poste ; là, c’est un vaste monastère en teck, avec ses débarcadères ; cet amas de pirogues devant quelques pontons ? Ah, mais c’est le parking du marché ! Une pirogue pleine d’écoliers passe, c’est le bus scolaire version lacustre !

Autre particularité du lac Inle : les jardins flottants. Les Inthas ont décidé qu’ils ne vivraient pas que de la pêche et de l’artisanat , mais aussi de l’agriculture, et bien sûr, toujours au milieu du lac ! Ils ont trouvé un moyen astucieux d’y parvenir : Ils récupèrent sur les berges des amas de végétation flottante (herbes aquatiques, algues et végétaux divers) très denses, qui se sont formés naturellement, dont ils découpent de longues bandes qu’ils tirent au milieu du lac et fixent avec des pieux plantés au fond. Ils les recouvrent de terre et de boue, et le tour est joué y’a plus qu’à planter ! Salades, tomates, concombres, etc, de vrais potagers flottants! Le résultat est incroyable : entre ces longues bandes cultivées séparées par des « allées » d’eau, les jardiniers travaillent depuis leurs pirogues, en plein milieu du lac !

Enfin, le lac se distingue par ses pêcheurs, avec leur technique si particulière : debout à l’arrière de leur pirogue, pour mieux voir le fond du lac, ils rament avec le pied, la jambe enroulée autour de la pagaie, et ont ainsi les deux mains libres pour projeter leurs filets sur les poissons qu’ils repèrent.

Il faut du temps pour découvrir tranquillement le lac sous tous ses angles, et c’est donc pour deux journées de balades qu’on s’arrange avec un piroguier qui nous alpague à proximité de l’embarcadère du village de Nyaungshwe, où on est basés.

Le 1er jour, on se rend au marché de Phaung Daw (les marchés ont lieu dans des villages différents chaque jour, avec une rotation sur cinq jours selon le calendrier lunaire) et on visite le village. On a l’occasion d’observer rapidement l’artisanat local (passage dans un atelier d’ombrelles et de bijoux en argents), avant de traverser les jardins flottants et de visiter le monastère sur pilotis Nga Pge Chaung, tout en bois.Le 2e jour, on se rend jusqu’au village d’In Dein, sur les rives d’une rivière qui se jette dans le lac Inle, et on y découvre les superbes ruines d’anciennes pagodes, noyées dans la végétation tropicale ; magnifique !

Après cette balade, on retraverse le lac direction le village de Mang Thawk, où on mange de délicieux poissons du lac dans une maison sur pilotis avec une vue imprenable sur les jardins flottants.

Ces deux journées sont vraiment agréables et on reste fascinés par ce lac étonnant et l’activité qui s’y déploie.

Après ces découvertes, on reprend pied sur la terre ferme, et on décide de changer de décor…

Direction…

Le vignoble du lac Inle ! Oui, oui, le vignoble ! A flanc de montagne, avec une belle vue sur le lac, s’étirent les vignes de Birmanie. On peut visiter les installations (mais quel intérêt ?!) et surtout s’installer face à la vallée avec un (ou plusieurs) verre de rouge plutôt bon en contemplant le coucher de soleil… Elle est pas belle la vie ? Par contre, désolés mais y’a pas de photos, la carte mémoire était restée dans le PC… !! Ah les champions !!

C’est ici que s’achève notre périple birman et que notre chemin et celui de Catherine et Christian se séparent : eux partent pour le Golf du Bengale et nous pour le Laos en passant par un petit bout de Thaïlande. Mais ça… c’est une autre histoire !!!

Infos pratiques

Pour une journée de pirogue sur le lac, il suffit de se rendre à l’embarcadère et de s’arranger avec l’un des piroguiers qui ne manquera pas de proposer ses services. Compter 15.000 kyats pour une pirogue (5 personnes max) pour la journée, 18.000 pour aller jusqu’à In Dein.

6 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *