Egypte

Le Caire et les pyramides

Si l’Egypte faisait évidemment partie de la liste (beaucoup trop longue) des pays qu’on veut découvrir, on doit reconnaître qu’elle n’était pas non plus à notre programme immédiat. C’était sans compter sur nos potes Carole et Matthieu, qui ont eu la bonne idée de se marier… au Caire ! On n’allait évidemment pas rater ça, pas plus que l’occasion de prendre quelques jours pour découvrir la ville et… les pyramides !

Le Caire : le quartier de Downtown

Arrivés au Caire, on rejoint le centre ville (Downtown) et on passe une première soirée autour d’un bon repas de mezzés puis d’une chicha dans la rue. En ce samedi soir l’ambiance en ville est vivante et détendue, avec beaucoup de monde dans les rues et les cafés, on a l’occasion d’engager quelques discussions et on en retire une première impression super positive.

En journée, downtown est un quartier qui nous semble moins agréable. Il y a surtout des grands axes avec beaucoup de circulation et rien d’enthousiasmant côté architecture : des grands immeubles délabrés, des administrations, des banques et des magasins. La place Tahrir est un incontournable mais c’est plus pour le côté symbolique qu’elle représente depuis le « printemps arabe » de 2011 que pour l’aspect esthétique. C’est là que se trouve le musée qui abrite encore (mais plus pour longtemps), les collections d’antiquités.

Sur les rives du Nil, on peut embarquer pour un tour de felouque. Une fois au milieu du fleuve sur cette grosse barque à voile, on est au calme et on peut apprécier le moment … et le coucher de soleil !

Le Caire : le quartier El Azhar et du Khan el Kalili

Le quartier qu’on a beaucoup aimé c’est celui de El Azhar et du Khan (Souk) el Kalili. C’est le vieux Caire islamique avec son dédale de ruelles autour du souk, ses mosquées, ses maisons réhabilitées, ses fontaines et ses inimitables caravansérails. C’est un plaisir de s’y perdre au hasard de ses rues et d’en découvrir les merveilles.

La balade est très tranquille (surtout s’agissant d’un dimanche matin), hormis dans la partie souvenirs du souk on n’est finalement pas trop sollicités, et les gens sont sympas : pas mal de sourire et de salam échangés et même une séance photo avec les petits jeunes du coin.

Côté monuments, la visite du caravansérail (« Wakala el Bazaara ») vaut le coup tout comme celle des monuments qui bordent la rue « Charia el Mouiz Li Din Allah », qui est le grand axe piéton du quartier : on y trouve deux magnifiques mosquées : « El Hakim » et la petite « El Aqmar » avec sa belle façade. Il y aussi un ensemble imposant vers le bas de la rue, une madrassa du sultan Barqûu avec des grandes murailles et un mausolée du sultan Qalaun.

Plus bas vers le marché aux volailles, on peut voir la superbe mosquée el Azar qui se visite bien qu’elle soit en activité : 5 minarets sculptés dominent une grande cour blanche bordée d’arcades et l’ensemble est vraiment très beau. Attention tenue « très très correcte » exigée !

A proximité de la mosquée, on peut accéder au parc El Azar qui est un îlot de calme et de verdure dans une ville qui en manque un peu, et qui offre une vue d’ensemble sur le Caire et la citadelle qui se trouve sur la colline d’en face (mais que l’on n’a malheureusement pas eu le temps de visiter).

Les pyramides de Saqqarah et de Dahchour

Après cette découverte expresse du Caire, on se dirige vers Guizeh, puisque c’est là que nos potes ont eu la très bonne idée d’organiser leur mariage. Le repas se déroule en journée avec… une vue directe sur la pyramide de Kéops, autant vous dire qu’on est aux anges !

Après une journée de fête, le lendemain on part explorer les pyramides de plus près. Mais avant de voir celles de Guizeh (les principales), on se rend plus au Sud pour découvrir celles plus anciennes encore de Saqqarah et de Dahchour. A Saqqarah, on trouve la pyramide de Djéser qui est une pyramide à degrés et qui est la plus ancienne connue, ainsi que de nombreux autres tombeaux et petites pyramides effondrés, intéressants surtout pour leurs intérieurs.

La pyramide d’Ounas et celle de Téti abrite des pièces recouvertes entièrement de hiéroglyphes (le texte des pyramides).

Dans les mastabas de Mérérouka, de Kagemni et de Ti, on trouve des gravures et bas reliefs magnifiques, certains encore avec leurs couleurs, presque 5000 ans après.

A Dahchour, on peut voir la grande pyramide rouge construire par le pharaon Snéfrou (le père de Khéops) et c’est très impressionnant : on commence par monter le long du flanc de la pyramide car l’entrée est à 28 mètres de haut, puis on descend à l’intérieur par une longue rampe d’accès en pente très raide, pliés en deux car le plafond est très bras (attention aux cuisses, courbatures garanties !). Au bout, pas grand-chose (deux grandes pièces vides sans décoration) mais c’est surtout le fait de plonger au cœur de la pyramide qui est intéressant.

L’autre pyramide du site de Dahchour ne visite pas, on y jette quand même un œil en passant, sa particularité est que son angle change à mi-hauteur en raison d’un effondrement pendant la construction qui a forcé les constructeurs à revoir leurs plans.

Quand tu vises trop haut pour ta pyramide, ça donne ça !

Pour aller à Saqqarah et Dahchour, faute de transports en commun, il n’y a que deux solutions : passer par une agence ou y aller avec un taxi, idéalement en se mettant d’accord pour faire la journée avec lui car les sites sont étendus et aussi parce que sur place il est quasi impossible de trouver un autre taxi pour continuer le trajet et puis rentrer. Evidement pour cette deuxième option, mieux vaut prendre un peu d’avance et se mettre d’accord la veille avec quelqu’un… l’option à l’arrache (qu’on a choisi évidemment…), style « je descends dans la rue et je trouverai bien quelqu’un », peut être pleine de surprises. Par exemple, se retrouver avec un chauffeur qui accepte d’aller à Saqqarah mais qui ne sait absolument pas où c’est, que l’on doit guider soi-même via un maps.me un peu dépassé par les évènements, ce qui amène à quelques péripéties de navigation et à se retrouver dans des coins pas possibles, le tout avec une toute petite barrière de la langue quand même, sauf quand on téléphone au cousin du chauffeur pour qu’il fasse l’interprète… Enfin on s’en est sortis quand même et cette visite de Saqqarah et Dahchour aura été un excellent prélude à la découverte des pyramides de Guizeh.

Les pyramides de Guizeh : Khéops, Khephren et Mykérinos

Alors là c’est vraiment le top du top, la cerise sur le loukoum ! Les trois pyramides sont bien conservées et super impressionnantes. Se balader sur le plateau de Guizeh est un vrai kif, on peut s’approcher au plus près des pyramides et en mesurer l’immensité (on  peut d’ailleurs aussi y entrer et y avoir une expérience similaire à la pyramide rouge de Dahchour).

On peut aussi s’éloigner pour prendre du recul et avoir une belle vue d’ensemble sur le désert et les trois pyramides en même temps. La plupart des gens se déplacent en bus ou en calèche jusqu’à un point de vue mais on peut parfaitement y aller à pied en passant par le désert entre les pyramides, c’est un peu plus fatiguant mais beaucoup plus sympa puisque’on arrive à être quasi seuls.

Et puis, il y a le sphynx qui trône devant la pyramide de Khephren…

Quand on y est allés, l’orage grondait au loin et les nuages noirs s’accumulaient sur le désert ce qui donnait une petite impression de fin du monde assez particulière, avant que le ciel bleu ne réapparaisse.

Autre possibilité qu’on a testé pour apprécier les pyramides : le spectacle son et lumière qui permet de voir le sphynx et les pyramides illuminés. La mise en scène, les textes et la musique sont bas de gamme mais une heure devant les pyramides qui s’illuminent de différentes couleurs, ça reste pas mal de toute façon.

Infos pratiques

Taxi aéroport – le Caire Downtown : tarif négocié à 120 LE (attention les chauffeurs commencent la négo très haut : 450 LE !), trajet 45 min environ.

Taxi Guizeh – aéroport : tarif négocié à 200 LE (c’est sûrement un peu plus cher que le tarif normal). Trajet 1-1h15 environ.

Hôtel dans Downtown : New Grand Hotel, tarif 400 LE (25 euros), chambre double avec SDB et petit-dej inclus.

Taxi en ville : 20-25 LE selon trajet ou au compteur.

Visite des sites de Saqqarah et Dahchour : compter 5h au total pour un aller-retour + visite depuis Guizeh. Taxi négocié à 250 LE (pour les 5h), billets d’entrée : Saqqarah 150 LE et Dahchour 60 LE

Visite de Guizeh : compter 2 à 3h sur le site en marchant. Tarif 160 LE pour l’accès au site et supplément pour entrer dans les pyramides.

Spectacle son et lumière : 300 LE, compter 1h de spectacle.

Felouque sur le nil au niveau de downtown : le prix est par bateau, pas par personne. 250 LE pour une heure à Dok-dok tourisme (embarcadère devant l’hôtel Four seasons)

3 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *