Kikisbackpackingtour  –  Blog voyages

Mais dis, c koikon mange… en Bolivie ?

Au tour de la Bolivie de faire son apparition dans la rubrique Ckoikonmange. Au programme, une bonne et solide cuisine des Andes, pas toujours de la plus grande finesse, mais qui tient au corps et qui comporte quelques originalités intéressantes !

               K’arapulca de Potosi

Avant tout, les soupes sont incontournables en Bolivie, que ce soit le midi ou le soir, le repas commence quasiment toujours par là. Une règle d’or : la soupe doit être nourrissante, et plutôt deux fois qu’une. Donc, même s’il y a des variantes (bouillons, crèmes de légumes…), le combo de féculents est quasi inévitable : semoule, patates, riz, maïs, etc… On a même eu droit une fois à des frites dans la soupe (bizarrement, c’était pas si mal) ! De tout ça, quelques-unes sortent quand même du lot : mention spéciale pour les crèmes et soupes de quinoa, ou encore à une soupe très originale, spécialité de Potosi : la K’arapulca, une soupe épaisse servie avec une pierre volcanique chauffée dans le bol, pour maintenir la soupe bien au chaud. Du coup la soupe arrive toute bouillonnante, c’est assez marrant !


Du côté des viandes, beaucoup de bœuf et de poulet ; le picante de pollo, poulet épicé, est un classique et n’est pas mal du tout. On trouve aussi beaucoup de Milanesa, escalope de poulet panée avec en général plus de panure que de poulet… Beaucoup plus dépaysant, il y a aussi du lama, qu’on avait déjà pu goûter dans le nord de l’Argentine, et qui en Bolivie est un classique. Il est en général servi avec du riz et des crudités ou, mieux, avec du quinoa, cultivé dans l’altiplano et qui est délicieux et très léger (et ici, c’est pas une bouffe de hipster, ni un délire vegan, c’est plutôt le plat de tous les jours !). En cas de grosse faim, on peut commander une spécialité de Cochabamba (mais qui se trouve un peu partout) un Pique Macho, plat de bœuf coupé en petits morceaux, accompagnés de saucisses, œufs et oignons, le tout sur lit de frites…

Pour manger du poisson, dans ce pays sans accès à la mer (gros contentieux avec le Chili) et dont les fleuves traversent surtout la partie amazonienne, c’est du côté du lac Titicaca qu’il faut se rendre. Là, la star, c’est la truite du lac, la trucha, qu’on déguste sous diverses formes : grillée au barbecue (a la parilla), cuite en papillote, nature ou cuisinée avec du citron, de l’ail ou encore de la tomate, il y en a pour tous les goûts ! Mentions spéciales pour la truite au vin blanc en papillote qu’on a pu manger sur la Isla del Sol (au restaurant Las Velas, qu’on recommande fortement !), ainsi que pour celle à la tomate et au basilic de Copacabana, accompagnée d’une délicieuse purée de patate douce (restaurant Jiwaky, une bonne découverte, qui propose le midi un menu del dia très bon marché avec des plats vraiment très fins). On peut aussi, selon les arrivages, se régaler avec de la perche du lac (pejerey) !


Les sucreries, diverses et variées, sont une véritable institution en Bolivie, petits et grands en grignotent à toute heure ! Bonbons, gâteaux gélatineux, crèmes en tout genre, glaces… Les vendeurs ambulants font un tabac à la sortie de l’école et un peu partout dans les rues ! De tout ça, ce qu’on a préféré, c’est évidemment le chocolat de Sucre !!

Enfin, s’agissant des boissons, signalons quelques bières correctes (la pacena, la potosina…), et des vins vraiment pas géniaux (produits dans la région de Tarija, où les vignobles s’étalent à 2000 mètres d’altitude), qui se laissent boire mais sans être particulièrement enthousiasmants !

Et voilà pour aujourd’hui ! Prochain numéro de la rubrique Ckoikonmange… Le Pérou, réputé pour être doté de la meilleure cuisine du continent !

3 reflexions sur “Mais dis, c koikon mange… en Bolivie ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *