Kikisbackpackingtour  –  Blog voyages

Sport, plein air et adrénaline à Baños, Equateur !

Dans le centre de l’Equateur, perchée à 1800 mètres d’altitude dans la vallée du rio Pastaza, et dominée de tous côtés par les montagnes et surtout par l’imposant et toujours actif volcan Tungurahua (qui culmine à 5000 mètres et dont le sommet est toujours enneigé), Baños est située stratégiquement dans les contreforts des Andes, sur la route de l’Amazonie.

Aujourd’hui, cette petite ville est devenue un centre touristique pour les activités sportives et de plein air, où se pressent touristes étrangers et équatoriens. On arrive à Baños depuis la ville de Cuenca, bien décidés à explorer la région tout en travaillant notre condition physique ! C’est parti pour cinq jours d’activité intensive, dans un cadre somptueux !

Randonnée sur les hauteurs de Baños et cache-cache avec le volcan

Pour notre première journée, on décide d’explorer les environs à pieds tout en prenant de la hauteur. Pour ça, on se lance dans un circuit autour de la montagne qui domine Baños. La première étape est de rejoindre le mirador de la Virgen (ça grimpe sec, pendant 30-40 minutes), d’où on a une belle vue sur la vallée et la ville.

On continue ensuite en direction du mirador de Bellavista, à peu près à même hauteur mais plus à l’est (côté cascade). Ensuite, c’est reparti pour la grimpette, pour rejoindre la Casa del arbol de l’autre coté de la montagne. En chemin, les paysages sont superbes, et on se retrouve face au volcan, souvent pris dans les nuages qui s’y accrochent désespérément, mais qui se découvre par moment : parfois le flanc du volcan est visible mais pas le sommet, parfois c’est l’inverse, pour quelques minutes voire pour quelques secondes seulement… une vraie partie de cache-cache, dans laquelle il ne faut pas rater l’instant !

Arrivés en haut (en 2h30 au total depuis Baños), on a les jambes un peu lourdes (850 mètres de dénivelé positif quand même !), et on fait une halte à la Casa del Arbol, une haute balançoire installée sur un arbre qui domine la vallée… Une fois sur la balançoire, on se retrouve au dessus du vide et la sensation est assez vertigineuse ! L’expérience est vraiment sympa et originale et comme des gamins on fait plusieurs tours (enfin surtout Nico !).

Il ne reste plus ensuite qu’à redescendre, en reprenant directement la direction du mirador de la Virgen puis de Baños pour boucler la boucle (compter environ 1h30 de redescente). Bilan des courses : une très belle balade et une bonne mise en jambe pour la suite des festivités !

La ruta de las cascadas jusqu’à Rio Verde puis jusqu’à Puyo

Au départ de Baños et en direction de Puyo, la route qui longe le rio Pastaza a reçu le surnom de Ruta de las Cascadas (Route des cascades), en références aux dizaines de cascades, plus ou moins importantes, qu’elle croise.

Pour explorer cette superbe portion de la vallée, plusieurs transports sont possibles : le bus, le taxi, un bruyant chiva (un bus touristique ouvert avec musique à fond et arrêts minutés) ou enfin le vélo. On opte évidemment pour le vélo (parce qu’on est très très sportifs et courageux 😀 ), pour deux journées.

Notre première sortie à vélo nous mène jusqu’à rio verde. C’est la balade classique car sur ses 18 kilomètres le parcours est facile (globalement la route descend presque tout le temps) et on peut rejoindre Rio Verde en environ 1 heure (plus les pauses). On part sous la pluie, mais comme souvent ici le temps change vite, et très rapidement c’est sous un grand soleil qu’on poursuit notre route. En chemin, on s’arrête pour faire un tour en tarabitas, des nacelles métalliques qui survolent le rio pour relier les deux rives, et qui seraient inspirés d’un système similaire mis en place par les incas). Il y a plusieurs tarabitas le long du parcours, mais on a bien aimé celles qui sont installées juste après le village d’Agoyan : elles passent à presque 200 mètres au dessus du rio et font face à une cascade, ce qui donne un décor assez impressionnant (mais mieux vaut éviter si on a le vertige !).

A rio verde, on va voir la cascade Pailon del Diablo, qui est plutôt impressionnante surtout pour la force de son débit d’eau. La visite suit un parcours sympa : après une marche dans la forêt on arrive en bas de la cascade, où plusieurs balcons ont été sculptés dans la roche. On peut ensuite monter le long de la falaise par des couloirs creusés dans la roche. Les couloirs sont très bas de plafond et certains passages se font quasiment à genoux. On finit quand même par arriver en haut de la cascade et on peut même passer derrière… douche garantie !

Pour notre premier jour de vélo on s’arrête là, une petite avarie technique sur l’un des vélos nous ayant immobilisés… trois heures… On a eu le temps d’admirer le paysage !!

Pour notre deuxième sortie en vélo, cette fois on voit plus grand, et on se lance le défi d’aller jusqu’à Puyo, à environ 60 kilomètres. Soyons honnêtes, on n’avait pas bien réalisés ce que ça représentait… Le dénivelé étant ultra-favorable (Baños est à 1800 mètres d’altitude, Puyo à 900), on s’était plus ou moins imaginé une longue descente pas trop difficile. Et en fait… pas du tout ! Si jusqu’à rio verde la route descend, au-delà ça n’est plus vraiment la musique : la route descend et remonte sans arrêt, en gros à chaque fois qu’on perd 100 mètres d’altitude on en reprend 90 derrière… Si on ajoute que les 60 kilomètres prévus sont en fait plutôt 70 si on pousse jusqu’au jardin des orchidées qui est pour nous l’intérêt principal de la ville, ça donne une journée plutôt fatigante ! Bref, on est arrivés à Puyo, après 4 heures sur le vélo (plus les pauses), complètement crevés !

Par contre le jeu en vaut la chandelle : tout au long de la route, qui suit le cours du rio Pastaza d’abord de très haut puis de plus en plus près, au fur et à mesure que l’on perd en altitude, le paysage montagneux est grandiose, avec une végétation luxuriante et une succession de rios et de cascades.

Lors des dernières descentes avant Puyo on peut constater qu’on est bien aux portes de l’Amazonie : le terrain s’aplatit, il y a du vert à perte de vue et des cabanes en bois sur pilotis.

Et puis, une fois arrivés à Puyo, vient la deuxième récompense : le jardin botanico de la orchideas, un véritable bout de forêt amazonienne patiemment reconstitué sur 7 hectares par Omar depuis 35 ans.

Sa « selvita » comme il l’appelle (sa « petite forêt ») abrite des centaines d’espèces d’arbres, de plantes et de fleurs, dont certaines en voie de disparition dans la région : des palmiers de toutes sortes, des arbres à cannelles, plus de 300 espèces d’orchidées dont certaines sont si petites qu’elles s’observent à la loupe !

On vous en mets quelques-unes pour le plaisir des yeux !

                                Une des plus petite orchidée du monde… Vu d’une loupe !

                        A nouveau une orchidée à la loupe, celle-ci s’appelle la bouche du serpent !

En fait c’est tout un écosystème qui a été reconstitué, au point qu’un grand nombre d’espèces d’insectes et d’animaux quasi disparus de la région sont réapparus ici. La selvita est même fréquentée par des singes, des  toucans et pendant un temps par un anaconda ! En plus Omar est très bon connaisseur des peuples amazoniens et il est capable de dire quel peuple fait quelle utilisation de quelle plante (pour la nourriture, l’artisanat, la médecine…). Bref, la visite, pendant près de 2h30, a été passionnante ! On la recommande à tous les voyageurs amateurs !

Ah, au fait, pour le retour vers Baños… On prend le bus ! Courageux mais pas trop quand même  !

Rafting sur le rio Pastaza

On poursuit notre série sportive, et le jour suivant, au programme c’est rafting ! Une demi-journée sur le rio Pastaza, assez agité par endroits (pour ceux à qui ça parle, il y a des passages de niveau 3), suffisamment pour que la descente soit bien fun, sans être infaisable même pour les novices.

En tout cas notre équipage franco-brésilo-équatorien a survécu, même si au bout de 5 minutes il y en a un qui est passé involontairement par-dessus bord (et c’était même pas nous !) ! Quant au paysage, une fois de plus il est superbe, et le fait d’être sur le rio donne encore un autre point de vue.

Séance relaxation aux baños de la Virgen

Rien de surprenant vu le nom, il y a à Baños plusieurs piscines alimentées par des sources thermales, dont les piscinas de la Virgen, en bordure de la ville, juste sous la montagne et au pied d’une petite cascade.

                                    Célia et son beau bonnet de bain trempe allègrement !

L’eau, sortie du volcan, est à différentes températures selon les bassins, de très froid (18 degrés) à très chaud (42 degrés). Dans ces deux bassins il est assez difficile de rentrer et surtout de rester (42 degrés ça pique !!), mais le bassin intermédiaire, à 38 degrés, est très bien. Beaucoup de gens, touristes et habitants de Baños, y font trempette tout en tenant salon.

On est d’ailleurs accosté par un papy colombien qui nous donne plein de conseil sur les endroits à ne pas rater en Colombie (le petit coquin nous précise aussi que c’est à Medellin qu’il y a les plus jolies filles, autant dire que Nico est ravi puisqu’on a prévu de passer par là 🙄 ), puis par des habitants de Baños qui nous expliquent venir aux bains plusieurs fois par semaine. On passe un bon moment et on ressort complètement zen, idéal pour alléger nos courbatures !

En tout cas, une chose est sûre : pour une séquence sportive, on recommande définitivement un séjour à Baños !

Infos pratiques

Bus Cuenca – Baños : compagnie Amazonas, trajet 7h30, tarif 10 USD.

Guesthouse à Baños : Hostal D’Mathias, très bien, chambre avec SDB 18 USD, cuisine à dispo, terrasse sur le toit avec vue sur le volcan.

Rando sur les hauteurs de Baños : Compter 4 heures pour la boucle Mirador de la Virgen – Bellavista – Casa del Arbol – retour par le mirador de la Virgen.

Casa del Arbol : entrée à 1 USD, ensuite on reste autant de temps qu’on veut

Location de vélo à Baños : 5 USD la journée

Vélo jusqu’à Rio Verde : 1h de route (plus les pauses), retour possible en bus depuis Rio verde (2 USD avec le vélo)

Vélo jusqu’à Puyo : 4h de route (plus les pauses), retour en bus 3 USD avec le vélo

Tarabitas : 1,5 USD par personne

Cascade Pailon del Diablo : 1,5 USD, compter 1h30 à 2h sur place

Jardin botanico de la orchideas : 5 USD, au moins 2h de visite

Rafting : 9h-14H30, 18 USD, photos et repas (léger) inclus

Baños de la Virgen : 3 USD (et 0,5 pour louer le bonnet obligatoire). Attention, fermé entre 16h et 18h.

 

Une réflexion au sujet de “Sport, plein air et adrénaline à Baños, Equateur !

  1. le monstre et tritrille ...

    eh bien , vraiment, vous nous étonnerez toujours !! que d’exploits, que d’expériences !! la marche, le vélo, tout ça en montagne !! du rafting et même de la balançoire vertigineuse !! vous avez dû prendre votre pied dans les bassins d’eau chaude après toutes ces épreuves !! merci pour les photos toujours aussi belles !! et bon courage pour la suite …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *