Kikisbackpackingtour  –  Blog voyages

Une semaine de wwoofing au cœur du Sichuan

Depuis le début de notre voyage on voulait tester le wwoofing (travail de quelques heures par jour chez quelqu’un en échange de la nourriture et du logement). On avait lu le blog de deux voyageurs, Aline et Guillaume (lemondeadeux), qui disaient le plus grand bien d’une ferme dans le Sichuan, Huaxi Farm, qui les avait accueillis il y a un an, et dont ils nous ont gentiment transmis les coordonnées (eux-mêmes les avaient obtenues d’un voyageur israélien rencontré en Mongolie… Les bons plans voyagent !).

Un petit mail à la ferme, qui nous répond très rapidement qu’on peut venir quand on veut, et hop, nous voilà en route pour la campagne sichuanaise, à proximité de la petite (et sympathique) ville de Dujiangyan.

Et pour une première expérience du wwoofing, on peut dire que c’était top !

Nichée au cœur des paysages vallonnés et verdoyants du Sichuan, entourée de champs et de petites rizières, Huaxi est une ferme un peu particulière. Le domaine est assez vaste mais seule une petite partie est cultivée, le reste est occupé par la forêt et les bambous. Huaxi n’a pas une activité de production, mais une activité éducative. L’idée est de recevoir des groupes d’enfants, en général accompagnés de leurs parents, ainsi que des voyages scolaires, pour leur proposer des activités diverses en lien avec la nature, les plantes, l’environnement : jardinage, contacts avec les animaux, mais aussi jeux, camping, etc.

Conséquence logique, l’équipe de la ferme compte bien plus de moniteurs et d’éducateurs, que d’ouvriers agricoles.

En ce qui nous concerne, on se rend vite compte que, contrairement au principe du wwoofing, l’équipe de la ferme n’attend pas de nous un réel travail. En effet, la plupart des activités qu’on nous propose (et « propose » est le mot juste, car on ne nous impose jamais rien), relèvent à nos yeux plus du loisir que du travail : participer à un atelier de construction de maisons à oiseaux en bois (avec un groupe d’enfants accompagnés de leurs parents), à un atelier de mandalas, initiation au Taï Chi, construire un sapin de Noël en bois (l’équipe était demandeuse dans le cadre de ses activités de présentation de Noël aux enfants chinois, qui ne savent pas ce que c’est), aider un peu à la cuisine… On a quand même un peu travaillé lorsqu’on nous a proposé, une fois le beau temps arrivé, de faire un peu de jardinage : on a donc passé quelques heures à désherber à la faucille, sur un rythme cool cool.

Visiblement, l’objectif de la ferme en accueillant des wwoofers, étrangers ou chinois, est de les impliquer dans la vie de la ferme, leur faire découvrir et comprendre son activité, et recueillir des avis et suggestions extérieures.

La vie quotidienne à Huaxi Farm est agréable, tout se fait dans un bon état d’esprit, très détendu et joyeux. L’équipe est jeune et dynamique, et demandeuse de rencontres, ce qui nous va très bien.Pendant tout le séjour on se sent super bien accueillis et bien intégrés. On passe du temps et on discute avec beaucoup de gens, certains parlant anglais, et on sympathise réellement avec plusieurs personnes de l’équipe, en particulier Jason (Li giong) et Lisa (Chen Jiao), qui travaillent à la ferme depuis environ un an après des études d’agriculture à la fac, ainsi qu’avec Tashi.

On à aussi l’occasion de rencontrer Kim, un allemand polyglotte (en plus de l’allemand, il parle parfaitement l’anglais et le français, et maitrise l’espagnol, le chinois et un peu de russe…) qui, après un tour du monde à vélo, vit désormais en Chine depuis deux ans. Il apporte son aide et ses conseils à Mickey, la gérante, pour le développement de la ferme.

Dès notre arrivée à la gare de Dujiangyan, l’accueil est chaleureux ; Tashi et Lisa nous attendent, visiblement pleins d’enthousiasme, Lisa saute littéralement sur place en nous souriant et en nous faisant de grands signes de la main.

Les diverses activités et les repas, qui sont pris en commun (le midi, tout le monde mange là, le soir c’est variable, selon les jours certains rentrent chez eux dès leur journée de travail terminée, d’autre restent pour le repas) sont l’occasion de mieux faire connaissance.

Seul bémol : tout se fait en extérieur, y compris les repas, et il fait vraiment froid (et humide). Quant aux bâtiments, il n’y a pas de chauffage (et parfois même pas de porte !), du coup on ne quitte jamais nos doudounes. C’est général dans le Sichuan, ce qui pour nous, comme pour Kim d’ailleurs, est incompréhensible ! Heureusement que pour dormir, il y a les couvertures chauffantes !

Plusieurs moments sont particulièrement conviviaux ; un soir, on est invité avec une partie de l’équipe à manger une fondue chinoise dans un restau de la ville. Fondue délicieuse (très différente de celle de Pékin, le Sichuan à sa propre spécialité), soirée animée, on passe un super moment ! Mode d’emploi : on se sert comme on veut en brochettes de légumes et viandes dans les grands frigos, tout ce qui est placé dans la fondue est commun, et à la fin les pics en bois sont récupérés et pesés pour fixer le prix du repas !


Le lendemain, rebelote, c’est la soirée mensuelle de la ferme, nouvelle fondue, totalement différente, cette fois à la ferme ; repas, concours de chants (on participe !) et de jeux de mots (bon là on avoue on est forfaits !), percussions… Encore une soirée sympa !

avec Kasa, de retour de la visite aux pandas

Avec Kasa, de retour de la visite aux pandas

Autre gentillesse de l’équipe à notre égard : on avait dit à Jason qu’on projetait d’aller voir les Pandas géants (qui sont un symbole du Sichuan), et il s’est empressé d’en parler à Kasa, son chef, qui, vers la fin du séjour, prend carrément la matinée pour nous emmener visiter un parc national abritant les fameux pandas, où, en plus, il nous fait entrer gratuitement car il connaît l’équipe. On a vraiment adoré ! On a vu une vingtaine de Pandas, chacun ayant son espace perso (il parait que les pandas vivent en solitaire, si on les regroupe ils se battent). Certains ont été recueillis dans la nature et soignés, d’autres sont nés dans le centre. Pour la plupart, ils sont très tranquilles : un petit repas de bambous, une bonne sieste au soleil, cool cool la vie ! On nous explique que les pandas ne sont pas paresseux, mais intelligents, car ils savent conserver leur énergie pour quand ils en auront besoin… On se sent très intelligents aussi, du coup !!

Sinon, on a aussi pu visiter un peu la campagne Sichuanaise, en allant faire un footing dans les environs de la ferme. On part droit devant nous, et au fil de la course, plutôt qu’un prudent aller-retour, on décide de faire une boucle. Mauvaise idée quand on est en terrain totalement inconnu… Après une heure, notre sens de l’orientation nous dit que la boucle est bouclée et qu’on est à peu près revenus au niveau de la ferme… Oui mais où est-elle ? On cherche, on erre, on tente de demander notre route mais personne ne parle un mot d’anglais et on ne nous comprend pas quand on tente de dire « Huaxi Farm », qu’on ne prononce pas correctement. Evidemment, comme des champions on a oublié de prendre un papier avec le nom écrit en chinois, ce qui est pourtant la précaution élémentaire en Chine… On n’a pas non plus de carte, pas de téléphone fonctionnel, et il va faire nuit noire dans moins d’une heure… Seule solution, rebrousser chemin et repasser exactement par là où on est venu, c’est-à-dire encore une heure de chemin. On rentre donc bien plus tard que prévu, et on apprend que tout le monde nous a cherchés (ah oui, on avait aussi oublié de prévenir qu’on sortait…), et qu’il s’en est fallu de peu que la police soit prévenue que deux blaireaux étaient portés disparus…

Épilogue : trois jours plus tard quand on part avec Kasa voir les Pandas, on sort en voiture par un accès de la ferme qu’on ne connaissait pas, et on réalise que peu avant notre demi tour, on était passé à 300 mètres de la ferme…


Finalement, après une semaine, c’est avec un petit pincement au coeur qu’on fait nos adieux, et qu’on quitte la ferme pour de nouveaux horizons, en l’occurrence la province du Yunnan. On gardera un excellent souvenir de ce séjour et surtout des rencontres qu’il aura permises !

20 reflexions sur “Une semaine de wwoofing au cœur du Sichuan

  1. Apolline

    Bonjour, je viens de découvrir votre blog que je trouve génial !! Je me trouve actuellement en Chine pour mes études et j’adorerais aller passer mes vacances dans le Sichuan, et avoir également l’occasion de vivre une expérience de wwoofing comme la votre. Serait-il possible que vous me transmettez les coordonnées de cette ferme ? Je vous remercie mille fois par avance, et encore bravo pour votre blog !

  2. Aline

    Enfin je prends le temps de répondre à cet article !
    Quel plaisir de revoir des photos de Huaxi Farm que nous avions adoré.
    Nous constatons que le staff a bien changé et que vous avez pu y avoir d’avantage de communication que nous, ce qui a dû rendre le séjour encore plus intéressant 🙂
    En tout cas, nous reconnaissons les lieux, le froid et les pandas 😀
    Nous sommes super heureux de voir que l’ambiance et la façon dont ils accueillent les volontaires n’ont pas changé.

  3. Kris

    J’aime beaucoup votre série « Les Kikis font le tour du monde ».Apres « LesKikis chez les(ex)soviets,les » Kikistrogof « ,les Kikis congelés chez Gengis,les Kikis pollués chez Mao,voici mon morceau préfèré « les Kikis aux champs! ». Là-dessus ,la bise aux pandas,en attendant « les Kikis dans les rizières ,les Kikis bouddhistes etc etc Bises aux Kikis.

  4. blackcoat

    Passez une belle soirée U2 ! et Que continue votre récolte de paysages magnifiques et de rencontres, de sourires chaleureux, nombreux sur votre route ! ( comme un majeur tendu aux « obscurs »!). Nous vous suivons et lisons avec beaucoup de plaisir, d’intérêt votre aventure si bien contée ! des bisous

    1. Kikis Auteur de l'article

      Le pire, c’est qu’on a une boussole !! Mais évidemment… on ne l’avait pas sur nous ! Cela dit, on s’était pas si mal orienté, le problème était plus de reconnaître l’arrivée….

  5. kat

    Le travail n’était donc pas trop fatigant! Tant mieux, d’autant que votre mission journalistique doit vs prendre pas mal de temps! C’est gentil de partager ac nous qui attendons bêtement Noël …

  6. YAYA

    Superbe votre séjour à la ferme pédagoqique : original, dépaysant et si bien décrit ; une belle expérience humaine. Bonne route et à très bientôt pour la suite de votre aventure, une joyeux noël à tous les deux. Pleins de bisous les kikis.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *