Vietnam

Dans le centre du Vietnam, à Hué et à Hoi An

Après nos 8 jours dans la Baie d’Halong, on reprend la route direction la ville de Hué, dans le centre du Vietnam. Départ à 9h avec au programme, bus, ferry, puis de nouveau bus pour quelques heures jusqu’à la ville de Ninh Binh, où on aura quelques heures de battement avant de prendre un bus de nuit à destination de Hué, arrivée prévue le lendemain matin vers 8h.

On avait envisagé de faire étape dans cette ville de Ninh Binh pour visiter les grottes et pics karstiques qui se trouvent à proximité, et qui ont valu à la région le surnom de « Baie d’Halong terrestre ». On a finalement décidé de ne pas s’arrêter par manque de temps, et on doit dire qu’on le regrette un peu, le site a l’air vraiment grandiose… Tant pis, ça sera pour un prochain voyage au Vietnam (même en plus d’un an de voyage, on ne peut pas tout voir, et on apprend à faire avec…)!

Le voyage, c'est aussi ça...
Le voyage, c’est aussi ça…

A Ninh Binh, notre bus pour Hué était prévu « vers » 19h, mais les infos qu’on nous a données n’étaient pas claires du tout, et après une heure à attendre seuls dans une gare routière absolument déserte (hormis quelques personnes qui semblent y vivre : il y a des chambres dans la gare routière ?!) on commençait à se demander si le bus allait vraiment passer (d’autant que d’habitude les horaires sont bien respectés). Finalement vers 20h c’est une voiture qui s’arrête et dont le conducteur nous interpelle : c’est lui qui nous emmène au bus, qui part d’un autre endroit (c’est souvent comme ça au Vietnam, les bus partent d’une petite agence plutôt que de la gare routière, et passent chercher des gens à droite à gauche). On poursuit donc notre route !

Direction Hué : une belle rencontre et une ville décevante

Partir le soir même pour Hué sans faire étape à Ninh Binh aura quand même eu un bon côté, puisqu’il nous aura permis de faire la connaissance de deux autres voyageurs, Delphine et Gérard (dont on peut suivre les péripéties sur leur blog), avec qui on s’est super bien entendus. La discussion s’engage dans le bus et la soirée passe vite. Du coup, à l’arrivée à Hué le lendemain matin, c’est tout naturellement qu’on part tous les quatre à la recherche d’une guesthouse.

On s’installe à la Huang Huong GuestHouse, où nos nouveaux compagnons de route négocient haut la main la chambre (on en reparlera, ils sont tous les deux LES pros de la négo ! On finira d’ailleurs par les surnommer « les p’tit gratteurs »). Une douche et un café sur notre balcon plus tard, la nuit dans le bus est derrière nous et on se lance à la découverte de Hué.

La grande attraction de la ville, c’est la balade en bateau sur la paisible rivière des parfums, le long de laquelle sont éparpillés divers pagodes et tombeaux d’empereurs Vietnamiens du 19ème Siècle. Pour cette petite croisière, on peut acheter un billet dans n’importe quel hôtel, et on est alors sur un bateau avec d’autres touristes. L’autre moyen est de négocier directement sur les quais avec un batelier pour qu’il nous embarque sur son bateau, l’avantage étant qu’on est seuls à bord et qu’on peut demander les arrêts qu’on veut. On n’avait pas vraiment envisagé cette deuxième solution, qu’on imaginait plus couteuse, mais on se fait alpaguer sur les quais par une dame avec qui la négo s’engage. Delphine et Gérard font étalage de leur talent et on se retrouve embarqués tous les 4 pour un prix plus que raisonnable. C’est parti donc pour 4-5 heures de navigation, avec un repas à bord et des arrêts pour visiter la Pagode de Thien Mu et le Tombeau de Minh Mang. La journée est super agréable, la rivière est sympa et on observe l’activité sur les berges, mais les sites sont un peu décevants (c’est beau, mais sans plus).

La journée se termine sur le balcon de notre petit hôtel autour de quelques bouteilles de Dalat, le vin rouge Vietnamien -plutôt correct, mais nos standards ont baissé depuis qu’on est en Asie…- et dans la bonne humeur.

Alors qu’on avait prévu de passer plusieurs jours à Hué, on décide de repartir dès le lendemain après-midi. La ville nous a un peu déçus (y compris la citadelle, qu’on est allés voir le lendemain matin), et la perspective de continuer la route avec Delphine et Gérard, qui poursuivaient sans attendre leur route vers Hoi An, qui se trouvait être également notre destination suivante, a joué aussi.

Après un petit dej à la… boulangerie française de Hué, où on se régale de viennoiseries (hé oui, il semblerait que certains pans de la gastronomie française commencent à nous manquer ! Mais cette boulangerie est gérée par une association qui forme des enfants défavorisés au métier de boulanger et leur assure un emploi, alors on va dire que manger un pain au chocolat est un geste de soutien !), on prend donc un bus direction Hoi An, à quelques heures plus au sud.

Hoi An, une petite ville pleine de charme

L’intérêt principal de Hoi An réside dans son petit centre historique très bien conservé (qui a échappé aux bombardements américains) où d’anciennes maisons aux façades colorées et aux balcons en bois bordent quelques rues piétonnes agréables, à proximité d’une rivière. Il subsiste également un très joli petit pont japonais du 16ème Siècle.

La promenade dans la vieille ville est sympa autant dans la journée qu’en soirée. Là, la ville s’illumine de toute part : Hoi An est LA ville des lanternes au Vietnam, et tout le centre en est décoré.



On prend notre temps pour déambuler dans la vieille ville pendant plusieurs jours pour mieux s’imprégner de son charme, et on prend vite nos habitudes. Le soir, on mange dans l’un ou l’autre des bouis-bouis qui bordent la rivière, et qui servent de délicieux Cao Lau et raviolis de crevettes, les spécialités locales. Le midi, on va au marché et on s’installe, au milieu des habitants, au comptoir de l’un des minuscules stands qui servent une cuisine rapide mais tout aussi délicieuse, qu’on accompagne d’un bon jus d’ananas pressé. Après trois midis à manger au même stand, l’accueil que nous réserve la patronne est triomphal (elle nous demande même de l’aider à attirer les clients) !

Depuis Hoi An, on part aussi en virée à scooter pour une journée, destination le site Cham de My Son. Le peuple Cham, qui serait venu d’Indonésie, avait établi un royaume dans le centre du Vietnam à partir du IIe siècle, qui a duré 1200 ans avant de se faire rétamer par le royaume Viet au nord et le royaume Khmer au sud. De cette civilisation, il reste quelques traces archéologiques, dont les vestiges de ce grand centre religieux de My Son, où quelques tours subsistent dans les collines au milieu de la végétation. Il aurait pu en rester plus, mais les Américains avaient jugé utile de bombarder le site, donc évidemment, il en reste un peu moins… Le site vaut quand même largement le déplacement, et est l’occasion d’une journée sympa. En chemin, on traverse la campagne et ses rizières.

Hoi An aura été une étape très agréable, et on recommande vraiment cette petite ville, à découvrir en prenant son temps. Pour notre part, après 4 jours sur place on s’embarque dans un nouveau bus de nuit (pour changer !), pour 18 heures de route (mais finalement 18h en bus couchette ça passe plutôt bien, finalement on s’habitue à tout on dirait !) direction Mui Né, sur la côte dans le sud du pays, pour une étape de plage !

Infos pratiques

Hôtel à Hoi An : on a dormi à Minh Quang GH, correct sans plus mais à 5 mn de la vieille ville, chambres à partir de 210.000 dongs (en négociant).

Location de scooter : 110.000 dongs la journée

Trajet Hoi An – Mui Né : on recommande vivement la compagnie TheSinhTourist, dont l’agence est sur Hai Ba Trung. C’est la compagnie la plus pro qu’on a vue au Vietnam, avec des tarifs vraiment très bas : entre 190.000 dongs (soit moins de 8 euros) et 250.000 dongs (selon le jour) par personne pour le trajet Hoi An – Mui Né.

7 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.