Nouvelle-Zélande

Journal d’un road trip en NZ : épisode 3, ça sent le soufre !!

Nouvelle étape de notre tour néo-zélandais : Rotorua, dans le centre de l’île du nord, à 8 heures de route (en prenant son temps !) de la Bay of islands . 

Et quand on dit que ça sent le souffre, ça n’est pas une expression : ça sent vraiment le souffre ! La région de Rotorua est connue comme l’une des zones volcaniques les plus actives du monde, avec ses multiples volcans non éteints et ses multiples phénomènes géothermiques. On peut les découvrir à l’intérieur même de la ville : le parc qui borde le centre (Kuirau Park) compte plusieurs sources d’eau chaude, bouillonnantes, fumantes (dans certaines on peut même se faire un bain de pieds), mais aussi des mares de boue bouillonnante (là, on a moins envie de se faire un bain de pied !), des fumerolles… Et même en centre ville, on peut remarquer que les égouts fument et dégagent une forte odeur de souffre (laquelle, très agréable, est assez proche de l’œuf pourri).

Mais c’est la visite du Wai-O-Tapu, une vaste zone d’activité géothermique qui abrite toute une variété de phénomènes vraiment étonnants, qui permet d’avoir un aperçu plus complet. En deux heures de circuit, on peut observer divers cratères fumants, des sources d’eau bouillonnantes ou pétillantes, des piscines de boue formant une sorte de magma mouvant, des geysers actifs, et des bassins d’eau rendue multicolore par la présence de divers composants chimiques (souffre, cyanure, mercure, etc).Le point d’orgue de la visite, ce sont deux bassins surnommés « la palette d’artiste » et la « champagne’s pool », qui sont côte à côte. La première est une étendue d’eau qui change de couleurs selon diverses données (sens du vent, température de l’eau, densité des différents éléments chimiques…) et qui, lors de notre passage, arborait une teinte jaune vive avec un contour orange. La seconde est une profonde source d’eau chaude (74 degrés) riches en divers minéraux (mercure, souffre, or, arsenic… !!) qui produit des bulles en raison d’une forte teneur en dioxyde de carbone, et qui présente une couleur verte dans un bassin de roche orangée.

Champagne's Pool
Champagne’s Pool
La Palette d'Artiste
La Palette d’Artiste

On a aussi pu voir un geyser en activité (le Lady Knox Geyser), avec un jet d’eau chaude et de vapeur d’environ 20 mètres. En fait le geyser n’entre plus en éruption de façon totalement naturelle, mais il est possible de « l’activer », tout simplement en versant un peu de savon dans le cratère : la modification de la composition chimique provoque l’éruption. Ici, elle est provoquée tous les jours à 10h15 pour une petite démonstration.

Petite vidéo de démonstration:

 

Autre découverte marquante, la « devil’s pool », étendue d’eau à la couleur étonnante, entre le jaune fluo et le vert, due à une teneur très forte en… arsenic ! Bain déconseillé ! 

Enfin, les bassins de boues bouillonnantes valent le coup d’œil aussi.

 

En dehors de la découverte de ces phénomènes thermaux et volcaniques, on a aussi profité de nos deux jours passés à Rotorua pour faire un petit tour du centre ville. Intérêts principaux à nos yeux : manger un bon repas thaï (Oui on est déjà nostalgiques !) et aller observer les cygnes noirs qui vivent sur le vaste lac de la ville, assez impressionnants avec leurs yeux rouges et leur bec rouge et blanc. Au-delà, la ville de Rotorua n’a en elle-même aucun charme ni intérêt particulier (sauf pour ceux qui voudraient voir un spectacle maori, qui reproduit des danses et cérémonies traditionnelles). 

A proximité de la ville, on aussi pu voir un beau lac, le lac Tikitapu, ou « blue lake ». De taille modeste et enserré par les collines couvertes de forêt, il nous a plus marqué par la limpidité totale de son eau que par sa teinte bleue (mais peut être est-elle plus frappante par beau temps !).

Enfin, à une quarantaine de kilomètres de Rotorua, sur notre route en direction du sud, un arrêt pour voir les Huka falls s’imposait. Tout juste parties du lac Taupo (recouvrant un vaste cratère de volcan), les eaux turquoises de la rivière Waikato traversent une sorte de corridor rocheux dans lequel le courant devient surpuissant avant de former une chute d’eau modeste par sa taille (10 mètres) mais impressionnante par son débit (200.000 m3 secondes, soit de quoi remplir cinq piscines olympiques par minutes !).

Après cet arrêt, on reprend notre route vers le sud de l’île ; on renonce à regret à la magnifique rando en montagne du Tongariro National Park, rendue impossible par la neige et le mauvais temps, et on prend donc la direction de la ville de Palmerston North, pour une étape de Couchsurfing !

Infos pratiques
 

– Russell – Rotorua : 8h de route en prenant le temps
– Rotorua Family Holiday Park : promo 60 NZD pour deux nuits van 2 personnes et électricité
– Wai-o-tapu : 32,50 NZD par personne, possibilité de trouver de voucher de 10% discount

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.