Egypte

Infos pratiques et bons plans pour voyager en Egypte

On ne serait sûrement pas allés tout de suite en Egypte si on n’avait pas été invités à un mariage au Caire : dans un coin de notre tête, on se disait que le pays était peut être un peu trop compliqué voire dangereux pour un voyage en backpack, et la croisière sur le nil, c’était pas trop notre truc. Nos quelques jours au Caire on fait disparaître cette idée toute faite et nous ont plongé dans une ambiance agréable et tellement dépaysante, qu’on avait plus qu’une envie : revenir pour explorer les merveilles du sud du pays. Quelques mois plus tard, c’est chose faite, et après 15 jours à explorer Louxor, Assouan ou encore Abou Simbel, on se demande comment on a pu hésiter un jour avant de venir : le pays est sublime, et se prête parfaitement au voyage en autonomie !

Les formalités avant le départ

La principale démarche à effectuer avant de partir en Egypte est d’obtenir un visa. Il peut se faire soit au consulat d’Egypte, soit par internet sur le site gouvernemental visa2egypt.gov.eg. Si vous décidez de le faire sur le site internet, il n’y a rien de compliqué. Il faut simplement être très précis en remplissant les informations car à la moindre petite faute de frappe (genre vous oubliez un accent sur le prénom) on vous demandera de rectifier, mais attention vous n’avez qu’une seule seconde chance et si vous vous plantez une nouvelle fois, eh ben votre demande est rejetée, vous pouvez en refaire une nouvelle mais vous perdrez bêtement vos 25$ (ce qui bien entendu nous est arrivé 🙂 !)

Pour les Français en mars 2020, il était également possible d’obtenir le visa en arrivant à l’aéroport du Caire (également pour 25$). Il faut être vigilant et ne pas se faire alpaguer par quelqu’un au niveau du bureau des visas qui se propose de le faire pour vous car vous allez nécessairement payer ce service plus cher.

La sécurité et l’hygiène en Egypte

Niveau sécurité en Egypte, il faut bien se renseigner sur la situation dans le pays avant de partir. C’est sûr qu’il y a des zones où il ne vaut mieux pas aller (notamment dans le Sinaï, ou du côté de la Lybie). A noter par contre que la frontière terrestre avec le Soudan est ouverte depuis quelques années, et on a pu croiser des voyageurs qui l’avaient franchie, sans difficulté. 

Dans les zones touristiques principales, comme Le Caire et les pyramides et, plus au sud, la vallée du Nil de Louxor à Abou Simbel, le niveau de sécurité nous a semblé tout à fait acceptable. On s’est promenés en ville librement et sans inquiétude particulière, y compris après la tombée de nuit, simplement avec une vigilance de base que l’on a dès qu’on voyage. Quant aux trajets d’une ville à l’autre, y compris en transports en commun, ils n’ont posés aucun problème. Beaucoup de flics et de militaires surveillent les axes routiers et procèdent à certains contrôles, mais il n’y a pas eu de difficulté.

Le seul bémol, mais on en parle plus bas, c’est que beaucoup de mecs sont « un peu » lourds, et pour une femme se promener seule, surtout de nuit, est probablement à déconseiller.

Quant à la question de l’hygiène alimentaire, on a été beaucoup plus prudents que d’habitude (par comparaison avec l’Asie ou l’Amérique du sud par exemple), et en évitant strictement les glaçons et (sauf exception) les crudités, ainsi que les stands ambulants de street-food, pas de désagrément en deux semaines ! Ce qui ne nous paraissait pas gagné en arrivant 🙂

Suggestion d’itinéraire en Egypte

La géographie de l’Egype est assez simple : le Nil traverse le pays du Nord au Sud, et la plupart des villes et des sites touristiques se trouvent sur ses rives. A l’ouest, c’est le désert, et à l’Est, la mer rouge.

Beaucoup de voyageurs arrivent par avion au Caire, et commencent par passer quelques jours sur place pour visiter la ville et les pyramides à Guizeh, éventuellement avec un aller-retour à Alexandrie, avant de se rendre dans la vallée du Nil. On peut rejoindre Louxor en bus, en train (12h environ) ou en avion (1h de vol). De là, il est possible de continuer le trajet jusqu’à Assouan soit par voie fluviale (la fameuse croisière sur le Nil : pour la felouque, c’est plutôt dans le sens du courant donc Assouan – Louxor) soit par voie terrestre (train ou bus au choix), puis Abou Simbel en minibus.

En ce qui nous concerne, comme on l’expliquait en intro de ce post, on a visité l’Egypte en deux fois. La première, on était venu uniquement au Caire pour quelques jours, et du coup la deuxième fois on avait pris un vol Paris – Assouan via Le Caire de façon à arriver directement dans le sud. Après avoir passé quelques jours à Assouan, on a fait un aller – retour à Abou Simbel où on a passé 2 nuits, avant de remonter vers Louxor (pour une étape de 4-5 jours) au rythme tranquille d’une balade en felouque sur le Nil sur deux jours et deux nuits.

Les transports en Egypte

Une ligne de train longe le Nil du Nord au Sud, et permet donc de se déplacer assez facilement d’une ville à l’autre. Le confort est très différent selon le type de train (express ou régional) et la classe choisie. Il y a aussi des bus et puis le ballet des minibus plus ou moins imprévus qui partent en fonction de la demande. Les tarifs sont très faibles. On peut aussi emprunter des vols internes pour les principales villes du pays, notamment pour rejoindre le sud ou la mer rouge.

En ce qui nous concerne, nos trajets ont été les suivants :

  • Assouan – Abou Simbel : un bus local part d’Assouan tous les jours à 8h. Tarif 75 LE, trajet 4h. A ce jour, il n’est plus interdit aux étrangers comme il l’avait été par le passé et il n’y a pas de formalités particulières, on achète le ticket une heure avant de monter directement à la gare routière. Pour le retour départ d’Abou Simbel à 13h.
  • Assouan – Kom Ombo : deux jours et deux nuits… sur une felouque ! Une expérience géniale, qu’on raconte dans ce post. Sinon, pour une option plus rapide, il y a le train !
  • Kom Ombo – Louxor : en train, trajet 2h, tarif moins de 20 LE en 2e classe. Là aussi, c’est une expérience…

Nos hébergements en Egypte

Pour vous faciliter la tâche, on vous fait un petit récap des endroits où l’on a dormi pendant nos deux semaines en Egypte et qui nous ont bien plu :

  • Au Caire, pour loger dans le quartier de Downtown, le New Grand Hotel, est une option correcte, proche de la place Tahrir et du Nil. tarif 400 LE (25 euros), chambre double avec SDB et petit-dej inclus.
  • A Assouan, on vous recommande d’aller sur l’île Elephantine où les auberges sont plus sympas et moins chères que dans le centre ville. Et sur l’île, on conseille de choisir une guesthouse sur la rive ouest, qui donne face au désert alors que la rive est fait face à la ville. Parmis d’autres, Assouan Nubian Guesthouse est vraiment très bien : c’est une petite GH de 4 chambres dans une maison traditionnelle, simple et pleine de charme avec une vue sublime sur le Nil et le désert depuis la terrasse. Ch double 270 LE.
  • A Abou Simbel, coup de coeur pour l’hôtel / guesthouse Hllol (anciennement Nobaleh Ramses), tenu par Oussama et sa famille qui sont super sympas. C’est un très bon plan : confortable, propre, agréable avec ses chambres disposées autour de petites cours – jardin, c’est aussi l’un des hébergement les moins chers du village (où tout les hôtels sont plus chers que dans le reste du pays), à 40 euros la chambre double quand même. Il se trouve juste à l’endroit où s’arrête le bus d’Assouan (littéralement devant).
  • A Louxor, Villa Nile House, sur la rive ouest, est un ilot de charme et de calme. Superbes bâtiments colorés autour d’un joli petit jardin avec piscine, multiples terrasses avec vue sur le nil, et chambres très confortables. Côté tarifs, sans être le premier prix, ça reste très raisonnable (600 LE, chambre double avec SDB et petit dej inclus).

Le budget pour un voyage en Egypte

En autonomie, un voyage en Egypte ne demande pas un gros budget. Au total, sur un budget de vacances plus que de voyage au long cours, donc en étant moins stricts sur les dépenses, on a dépensé en moyenne 1500 LE par jour à deux (soit environ 85 euros à deux au taux de change du moment). En faisant plus attention (sur les hôtels et les restaus) on peut assez facilement réduire ce budget à moins de 70 euros par jours à deux, voire moins en étant vraiment stricts.

Les visites pèsent dans le budget, car les prix ont beaucoup augmentés à partir de 2019, et la plupart des sites sont assez chers, sachant que pour certains il faut compter des frais de transports en plus (par exemple les temples de Philae ou de Kalabsha près d’Assouan, qu’on rejoint forcément en bateau). Au final, sur le budget quotidien à deux il y a bien en moyenne 20 euros par jours qui correspondent aux visites et transports associés. A noter que les étudiants (de moins de 30 ans), sur présentation de la carte internationale, ont droit à un demi tarifs. Au delà, rien n’est très cher : les transports sont à des prix dérisoires, la nourriture est très abordable (on peut manger des repas basiques pour moins de 20-30 LE (1-1,5 euros), et un bon restau revient à moins de 200 LE par personne (10 euros). Quant à l’hébergement, hormis à Abou Simbel il y a toujours des options très bon marché.

Voyager en Egypte quand on est une femme

Tout comme en Jordanie, la question de la tenue vestimentaire se pose pour les femmes lorsqu’elles voyagent en Egypte. Dans l’ensemble du pays, les femmes sont majoritairement voilées (niqab ou voile intégral). Ce n’est que très rarement et seulement dans les grandes villes que l’on a pu croiser des Egyptiennes sans voile, mais quoi qu’il en soit la tenue vestimentaire est toujours très pudique : jamais de short ou de jupe, ni de débardeur. Pour la voyageuse étrangère, il faut nécessairement trouver un équilibre dans la tenue qui permette d’être à l’aise à la fois avec le climat et avec les habitudes locales. Célia a fait le choix d’être toujours en pantalon léger et t-shirt sans décolleté et qui couvre les épaules, et d’avoir toujours dans le sac un petit foulard pour se couvrir les bras quand elle en sentait le besoin, ce qui a été le cas assez souvent. 

Ceci dit on a croisé aussi des touristes en mini short, elles attiraient les regards des passants mais sans créer d’animosité à leur encontre et le plus souvent elles faisaient parties de groupes organisés. Evidemment, il semble possible de se permettre plus de chose dans les grandes villes et les principaux sites touristiques que dans les villages reculés…

Voyager en Egypte en tant que femme ne nous a pas semblé dangereux tant que l’on s’en tient aux sentiers touristiques. Toutefois, même accompagnée, les regards des hommes peuvent être un peu insistants et leur familiarité qu’ils ne se permettent pas avec des femmes Egyptiennes a pu mettre Célia quelques fois mal à l’aise. Globalement, ce qu’on en a retenu c’est qu’il faut éviter toutes familiarités pour éviter tout malentendu.

On a zappé l’étape plage alors ces conseils s’appliquent exclusivement s’agissant du centre du pays.

Autre limitation, les petits cafés traditionnels, où on boit le thé et où on fume la chicha, sont, de faits, exclusivement masculins. On n’interdira pas à une femme de s’y installer, mais elle sera alors le centre de l’attention. On trouve quand même, par endroits, des cafés plus « branchés » avec une clientèle jeune et plus mixte : c’est le cas au Caire dans le quartier de Downtonw, ou encore sur l’île Elephantine à Assouan.

***

Bref, une fois ces infos pratiques données, on ne peut que vous recommander d’aller visiter ce magnifique pays. Pour notre part, du Caire à Abou Simbel en passant par Assouan puis Luxor avec un merveilleux voyage en felouque, on a adoré ce voyage !

Alors, vous partez quand ? 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *