Martinique

Martinique : la mangrove du Diamant voit la vie en rose (bonbon) !

C’est un phénomène rare qu’on a eu la chance d’observer en ce début de mois de mai en Martinique : le changement total de couleur de l’eau de la mangrove du diamant, qui a viré du bleu – brun habituel au… rose bonbon !

Mais commençons par le début, déjà la mangrove du Diamant, c’est quoi, c’est où ?

En fait, cette mangrove se situe sur le sentier du littoral du Diamant, dans le Sud de l’ile. Ce sentier longe toute la cote sur un peu plus de 10 kilomètres, depuis le port de pêche de la Taupinière jusqu’au village du Diamant et sa longue plage, puis au-delà, vers l’Anse cafard et le Morne Larcher dont on vous a déjà parlé (pour son ascension).

Au départ de la taupinière le sentier commence par faire le tour de la pointe qui s’avance le long de l’Anse Céron, au milieu de la végétation avec notamment des beaux cactus qui surplombent la mer.

En continuant tout autour de la pointe, on arrive en quelques kilomètres (sur un terrain facile et plutôt plat) au niveau du marigot du Diamant, et de l’autre côté à la plage de la Cherry. C’est un des premiers endroits où on s’était rendu à notre arrivée en Martinique, qui nous avait bien plu avec ses petites criques et sa végétation face au vent.

Mais revenons à notre mangrove. C’est au fil du sentier, au niveau de « l’Anse Kato » (l’histoire ne dit pas si elle est si religieuse que ça), qu’on trouve la petite mangrove en question. En temps normal, rien de spécial à signaler. C’est le genre d’endroit où on pourrait passer en se disant, « ah, tiens, une mangrove » sans s’arrêter plus que ça. On ne veut pas jouer les blasés, mais bon des mangroves il y en a d’autres et celle-là n’a pas de quoi casser trois pattes à un palétuvier.

Sauf que, en ce début mai 2021 (comme l’année dernière en juin 2020), la mangrove voit la vie en rose ! La raison scientifique ? Les fortes chaleurs et la faible pluviosité de ces dernières semaines ont conduit à une forte concentration des sels minéraux (en raison de l’évaporation de l’eau douce), qui favoriserait le développement d’une micro-algue, la Dunaliella Salina, et de bactéries sulfureuses, qui seraient à l’origine de la coloration rose de l’eau ! C’est donc un phénomène temporaire : dès qu’il pleuvra suffisamment, la concentration en sel diminuera et l’eau reprendra sa couleur normale (rien à voir, donc, avec d’autres étendues d’eau rose qu’on a pu observer, par exemple la laguna colorada en Bolivie, ou encore les salinas de la Guajira, en Colombie, qui elles restent roses en permanence).

Résultat des courses, nous voilà à patauger au milieu des racines de palétuvier en train de nous extasier devant une mangrove rose bonbon, fréquentée par des centaines de petits crabes. On est d’ailleurs ressortis de là assez crado avec des baskets pleines de vase qui ont pris directement le chemin de la machine à laver en rentrant…

La mangrove est juste au bord de la mer, elle en est séparée par une bande de littoral de quelques mètres à peine, et le contraste du rose bonbon avec le bleu turquoise nous a bien plu…

Une autre photo très impressionnante, c’est une vue aérienne, qu’on n’a pas pu prendre nous même mais qu’on a pu voir sur internet et que, une fois n’est pas coutume, on a décidé de partager sur notre blog : on y voit très bien la mangrove rose, la végétation autour, et derrière la mer et le rocher du diamant plus loin.

Photo Martinique la 1ère – France TV

Avant de repartir on s’est laissés tentés par la traditionnelle photo souvenir devant la mangrove… Célia est assortie à la couleur mais on le promet, ça n’était pas calculé !

Un commentaire

  • Kat

    Bon finalement, cette couleur improbable n’est qu’une question de sels minéraux, d’algues et de bactéries Je préfère la poésie à la chimie!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.