Martinique

Martinique : traversée d’est en ouest par la D1, de Saint Pierre au Robert

C’est un post un peu atypique qu’on vous propose aujourd’hui, puisqu’il ne portera pas sur un site naturel ou historique majeur, pas non plus sur une rando ni encore sur une ville, mais tout simplement… sur une route ! Enfin, pas n’importe quelle route non plus : la D1, cette route départementale qui traverse le nord de la Martinique d’Ouest en Est, depuis Saint Pierre, sur la côte Caraïbes, jusqu’à la ville du Robert et même celle du François, sur la côte Atlantique.

Et on est très enthousiastes à l’idée de vous faire découvrir en image cette D1, qui offre à la fois des panoramas majestueux (sur les deux côtes et sur les montagnes), et une plongée fascinante dans la forêt tropicale. Bien qu’elle soit moins connue que la célèbre route de la trace (qui elle, relie FDF à Morne rouge sur un axe sud – nord), à nos yeux il est indispensable (oui, IN-DIS-PEN-SABLE !!! 😊) de l’emprunter au moins une fois, dans un sens ou dans l’autre (ou, mieux encore, en aller- retour !). Le trajet fait un peu moins de 40 kilomètres et pour une première découverte il faut bien 2h – 2h30 pour le parcourir, du moins si vous le faites avec autant d’entrain que nous et que, comme nous, vous vous arrêtez à peu près à chaque kilomètre pour admirer chaque point de vue, chaque cours d’eau ou tout simplement chaque fougère (bon, on exagère un peu… mais pas tant que ça en ce qui concerne Nico !)

Allez, c’est parti, et ça commence à Saint Pierre !

Saint Pierre, l’ancienne capitale de la Martinique entièrement détruite par l’éruption volcanique de 1902 (Plus de 30 000 morts quand même, soit 20% de la population de l’île à l’époque !), n’est pas exceptionnelle d’un point de vue architectural, mais que dire de son emplacement… La ville s’étend tout le long d’une magnifique baie, et est dominée par la silhouette de la Montagne Pelée, qui disparaît et réapparaît au fil du passage des nuages.

La Baie de Saint Pierre et la Montagne Pelée… complètement dégagée, ce qui n’arrive que 45 jours par an (d’ailleurs cette photo, il nous a fallu plusieurs passages pour l’avoir !)

C’est au cœur de la ville qu’on peut s’embarquer sur la D1, qui prend tout de suite de la hauteur en quelques lacets bien serrés. Après quelques minutes à peine, en se retournant on peut admirer une vue superbe sur la ville et la mer des Caraïbes.

La route offre rapidement plusieurs beaux points de vue sur les vallées verdoyantes du nord et sur la Montagne Pelée.

On s’enfonce ensuite dans la forêt jusqu’à atteindre le petit village de Fond Saint Denis (moins de 1000 habitants), perdu dans les collines verdoyantes et surplombé par plusieurs mornes et les pitons du Carbet, avec son église qui émerge de la verdure (que le Routard, dans son style bien à lui, qualifie de « croquignolette », ce qu’on trouve assez juste et en même temps un peu marrant vu qu’on n’a à peu près jamais eu l’occasion de lire ce mot ailleurs que dans un guide du routard).  

Après Fond Saint Denis, et avant de couper la route de la trace, on peut faire un arrêt à la cascade de Saut gendarme, une jolie petite cascade dans un trou de végétation, où on peut se baigner, si du moins on en a le courage (c’est frais !!!) ou tout simplement admirer le charme de la forêt tropicale.

On coupe ensuite la route de la trace et on continue la route au cœur de la végétation, dans une zone complètement inhabitée pendant une bonne dizaine de kilomètres. Arbres immenses, lianes qui pendent, bambous énormes, fougères arborescentes, balisiers qui donnent des touches de couleurs vives… La végétation tropicale est fascinante !! On est au coeur de la Martinique vallonnée, la route suit les crêtes, par moment à peine assez larges pour elle et on roule alors au bord des ravines de part et d’autres.

C’est en approchant du village de Gros Morne qu’on retrouve la civilisation. La commune est tournée vers l’agriculture (champs de bananiers à flancs de collines, on aime !) mais aussi un peu l’industrie puisqu’on y trouve la rhumerie HSE et l’usine de jus de fruits Royal (tout ce qu’il faut pour préparer un bon planteur !). La zone est rapidement plus urbanisée et la végétation beaucoup moins impressionnante, mais en échange, du village de Gros Morne puis de celui de Vert Pré, on profite de points de vue superbes sur la côte Atlantique : toute la presqu’ile de la Caravelle s’étend sous nos yeux (on peut presque voir « chez nous » !), ainsi que la baie du Robert et les Ilets, et plus au sud la montagne du Vauclin.

On débouche ensuite sur le rond-point du Robert, au niveau… d’une zone commerciale et d’un macdo : fin de la balade et retour un peu rude à la réalité (ou plutôt, une autre réalité). Allez, on exagère un peu, la D1 continue encore au-delà du Robert jusqu’au François, et sur ce dernier tronçon c’est une assez jolie route de campagne, mais rien de folichon non plus.

Et voilà ! Alors, elle est pas au top notre D1 ?!

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *