Martinique,  Rando dans le monde,  Rando en France

Randos en Martinique : les sentiers du Vauclin, entre mer et montagne

Dans ce post c’est 2 en 1 sur les randos ! On va vous parler de deux belles balades dans les environs de la ville du Vauclin (dans le sud de la Martinique, côté Atlantique), l’une le long du littoral, l’autre pour grimper la montagne du Vauclin. Deux balades assez courtes qu’on peut parfaitement combiner dans la même journée.

Côté terre : la montagne du Vauclin

La montagne du Vauclin, c’est le plus haut sommet du sud de la Martinique… Mais pas de panique, rien à voir avec la Montagne Pelée, celui-là culmine à 504 mètres d’altitude ! Et comme, en plus, le sentier démarre lui-même vers 350 mètres d’altitude, finalement le dénivelé reste raisonnable. En fait c’est plus une petite balade qu’une rando, mais elle vaut le déplacement car le paysage est superbe.

Le trajet en voiture pour atteindre le point de départ est déjà superbe. La route (la D31 puis la D18) grimpe raide le long des mornes, et on finit par se retrouver sur une crête étroite, avec juste assez de place pour la route (étroite), et de part et d’autre des ravines très raides avec les maisons construites sur pilotis dans la pente. De là, on a une vue dégagée sur l’est et l’ouest de l’île. C’est tout simplement superbe.

Le point de départ du sentier se fait au niveau du « quartier coq ». On peut facilement garer sa voiture (à proximité d’un arrêt de bus) et se lancer à l’ascension de la montagne. En fait le sentier est un chemin de croix, il y en a une quinzaine qui balisent le parcours, qui est assez bref : 1 kilomètre à peine (aller). Par contre, c’est très très raide ! Le sentier fait très peu de lacets, on monte tout droit, et par moment la corde tendue sur le côté est indispensable pour pouvoir grimper.

Par contre l’environnement est sympa, on est entouré de bananiers, de bambous, de balisiers et même de roses de porcelaine.

On atteint le sommet en un gros quart d’heure, et il faut encore quelques minutes de marche sur la crête pour atteindre le point de vue, orienté au sud. Là, on trouve une sorte de petite chapelle (la « chapelle des sept douleurs », tout un programme !), et une table d’orientation. 

La vue est dégagée sur tout le sud de la Martinique, de la côte atlantique (vue sur les ilets du François, sur le Vauclin) au grand sud (Baie du Marin, Saint Anne) et jusqu’au sud-ouest Caraïbes (on voit nettement le rocher du diamant et le Morne Larcher).

La redescente (par le même chemin en ce qui nous concerne, mais il existe aussi un « chemin de croix n°2 » qui redescend de l’autre côté) prend à peu près le même temps que la montée, vu qu’il faut faire gaffe où on pose les pieds… Et c’est déjà fini ! Deux kilomètres et une heure aller-retour (pause comprise) : c’est trop court pour assouvir nos envies de marche, on prend la direction de la boucle du Vauclin sur le littoral !

Côté mer : la boucle du Vauclin, ou « piste de Château paille »

Cette fois, c’est une belle petite rando qui fait le tour de la pointe du Vauclin, le long du littoral : un parcours de 7 kilomètres (et environ 2 h en prenant son temps) sans difficulté particulière (juste quelques montées dans la première partie du parcours, mais rien de bien méchant), sur un bon sentier bien entretenu et très bien balisé (par contre le soleil cogne dur, pensez à prendre beaucoup d’eau !).

La pointe du Vauclin, vue de la montagne : on va là !

Le point de départ se fait au niveau du centre UCPA. On commence par traverser une zone résidentielle avant de rejoindre le sentier qui longe la mer. On attaque alors vraiment le sentier à côté de quelques maisons de pêcheurs et d’un « terrain de foot » au bord de l’eau !.

Tout de suite on s’engage le long de la côte au niveau de l’Anse Simon. En principe ici c’est déjà sublime, mais en juin – juillet 2021 c’est l’enfer, la côte est envahie de sargasses, résultat : c’est moche et ça pue !

Oui, on a décidé de tout montrer !

Le sentier longe le littoral jusqu’à l’Anse Balahou puis l’Anse Maroquet, la cote reste envahie de sargasses. En chemin on traverse un hameau de pêcheurs, un endroit un peu hors du temps, où d’ailleurs les gens sont très sympas :  tout le monde nous dit bonjour, nous demande si on apprécie la rando et / ou nous indique le chemin, c’est plutôt cool ! Mais bon, là encore, les pêcheurs qui pataugent dans les sargasses et qui sont contraints de vivre dans ces odeurs toxiques, c’est quand même surtout triste.

Le sentier prend ensuite un peu de hauteur et s’enfonce dans la végétation. On atteint assez rapidement la pointe du Vauclin (là il faut quitter la boucle et faire un rapide aller-retour vers la Pointe, ça vaut le coup), qui offre des superbes points de vue sur la mer et les fonds blancs (juste après la pointe et après avoir bifurqué en direction de Trou cochon il y a un beau spot aussi un peu aménagé).

On redescend ensuite de l’autre côté de la pointe. Au cours de la descente, on a une très belle vue sur « Trou cochon », une mangrove dans une jolie baie très au calme (enfin lors de notre premier passage ; la deuxième fois c’était un parking à bateau ultra bruyant), abritée par un ilet (l’ilet « petite grenade »).

La mangrove est jolie, les hautes racines des palétuviers trempent dans une eau émeraude, c’est une belle possibilité d’arrêt baignade et pique-nique.

On termine ensuite la boucle sur un sentier forestier qui longe la mangrove. Le passage d’un petit pont en bois face à un champ de bananier marque la fin de la rando. Il reste un petit kilomètre pour rejoindre le centre UCPA, soit par la route (à travers un petit lotissement), soit en rejoignant le sentier le long de la côte par lequel on a commencé.

C’est fini pour aujourd’hui… a bientôt pour de nouvelles randos !

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *