République Dominicaine

République Dominicaine : 3 jours sur la Isla Saona

Après avoir bien navigué à travers la Rep Dom, il nous restait quand même une merveille du pays à découvrir : la Isla Saona, cette petite île face au village de Bayahibe, dans le sud-est du pays, intégrée au Parque national del este et réputée pour ses superbes plages. Une bonne étape pour se remettre de l’ascension du Pico Duarte !

Depuis Jarabacoa, il nous a fallu une journée de voyage bien remplie pour rejoindre Bayahibe, via Santo Domingo puis La Romana (total 1 bus, 1 taxi et 2 guaguas, pour 8h de voyage). C’est donc en fin d’après-midi qu’on atteint le village, dont l’atmosphère très touristique et très business-business ne nous a pas du tout plu (c’est d’ailleurs le premier endroit en Rep Dom où on trouve que globalement les gens ne sont pas très sympas). Pas grave, c’est juste une étape d’une nuit avant d’embarquer pour Isla Saona.

Pour découvrir la Isla Saona, on n’avait pas trop envie de passer par une de ces excursions à la journée organisées par une agence ou un resort : c’est pas trop notre truc, et en plus on avait envie de dormir sur l’île une ou deux nuits pour l’apprécier plus tranquillement. C’est donc vers la navette qui fait la liaison avec l’île qu’on s’est tournée. On avait appris son existence en faisant nos recherches sur internet (bizarrement les guides de voyage n’en parlent pas), heureusement car sur place quand tu te renseignes beaucoup de gens cherchent à te rabattre vers une excursion et te mentent sans scrupule en affirmant que la navette n’existe pas…

Elle existe bien, et le lendemain c’est vers 9h qu’on se pointe sur le port pour embarquer, après avoir réuni quelques provisions de base et galéré à retirer du liquide en prévision du séjour (pas de distributeur et peu de commerces sur l’île). Le petit port est en pleine activité, beaucoup de bateaux se préparent à partir. On passe à la cabane qui sert de bureau du parc pour y payer notre droit d’entrée (on est les seuls voyageurs dans la file, les autres personnes sont des guides qui achètent les billets par paquets de 54, de 43…), puis on embarque. A bord on est une petite trentaine, des habitants de l’île, quelques touristes dominicains et 6 touristes étrangers. On sympathise d’ailleurs tout de suite avec un couple d’italien, Léo et Valeria, avec qui on passera nos deux jours sur l’île.

La traversée dure une petite heure. En chemin on longe les plages de l’ouest de l’île où s’arrêtent la plupart des excursions : enchaînements de transats quasi sans espace, on est contents de continuer vers le hameau de Mano Juan.

Les premières plages de la Isla Saona où s’arrêtent beaucoup d’excursions

A l’arrivée au village, c’est le vrai tableau de carte postale, l’endroit est vraiment superbe.

On se dirige vers la guesthouse qu’on a repérée, Saona lodge, en compagnie de Léo et Valeria qui vont au même endroit (il faut dire qu’il n’y a que 3-4 hébergements possibles). 4 petits bungalows sommaires mais avec pas mal de charme dans un petit jardin, un bon endroit où se poser pour deux jours !

Ensuite : deux jours très tranquilles qui seront pourtant passés très rapidement ! Le village de Mano Juan, quelques dizaines de cases en bois face à la plage, est paisible, le rythme est cool cool, en mode rien ne presse et il n’y a pas de raison de s’agiter. Il s’anime quand même en journée quand les bateaux débarquent les groupes puis se rendort à leur départ ; à ce moment-là, si tu te balade dans la rue du village tout le monde te parle, l’ambiance est sympa, rien à voir avec Bayahibe.

Le premier jour, on est allés à pied vers la plage d’El Toro, à 3-4 km a l’ouest de Mano Juan. Le trajet est un peu pénible car on est harcelé par les moustiques, mais on est récompensés par une grande plage très belle, sauvage, et qu’on a eu la chance d’avoir pour nous tous seuls puisqu’à notre arrivé vers 16h30 le dernier bateau d’excursion partait. C’était voulu, car cette playa d’El Toro est l’endroit où on peut voir des tortues de mer, à condition qu’il y ait du calme. On en a vu plein, on ne peut pas trop les approcher mais en se tenant tranquilles dans l’eau on voit plein de têtes de tortues apparaître un peu partout à la surface et replonger, ça dure un instant et le jeu est de les repérer au passage. Avec le silence total et les pélicans en survol, le moment était magique !

Le lendemain, on a décidé de changer et d’aller passer la journée vers Playa El Canto, l’autre très belle plage des environs de Mano Juan. Celle-ci est à environ 6 km du village, on a tiré notre flemme et on y est allé en motoconcho (c’est pas plus rapide car tu attends longtemps le motoconcho qui doit arriver « dans 20 minutes », mais c’est moins fatigant !). C’est une très jolie plage qu’on a aussi eu la chance de voir assez tranquille, le dimanche il y a moins d’excursions.

Et pour finir, quoi de mieux qu’une soirée langouste grillée les pieds dans le sable à côté d’un feu de camp, avant une dernière petite session plage le lendemain matin ?

Nos copains Valéria et Léo !

Infos pratiques pour se rendre sur la Isla Saona par ses propres moyens (sans excursions).

Bizarrement cette info est assez difficile à avoir, mais il est tout à fait possible, et pas spécialement compliqué, d’aller sur la Isla Saona sans excursion, tout simplement avec le transport en commun local. Il y a un bateau qui fait navette qui part de Bayahibe tous les jours vers 9h, 9h15, il se prend sur le petit port à gauche de la jetée, à côté du Saona Café. Le trajet coûte 1000 pesos par personne l’aller simple (idem au retour), et la traversée jusqu’à Mano Juan dure une petite heure. Cette navette est organisée par deux habitants du village, Mello et Binbe Nido, on ne sait pas trop s’il y a besoin de réserver mais pour ceux qui souhaiteraient les contacter en amont voilà leur téléphone (ils répondent aux whatsapp) : +1 (829) 957-3789 (Mello) et +1 (809) 519-5636 (Binbe Nido).

Avant d’embarquer, il faut passer à l’accueil du parc (une cabane verte sur le parking des bus à côté du port) pour payer son droit d’entrée dans le parc national (250 pesos par personne).

Une fois à Mano Juan, il y a 3-4 possibilités d’hébergement, on s’est pointés sans réservations mais certains sont sur les sites habituels. Globalement les prix sont un peu élevés pour le type d’hébergement proposé, mais bon, il n’y a pas beaucoup d’alternatives.

A Mano Juan, il y a quelques petit restau et cafetera, et un colmado peu approvisionné, et tout est plus cher car tout vient du « continent » (l’eau, notamment). On peut donc venir avec quelques trucs de bases pour le séjour. Attention, pas de distributeurs ni de banque sur l’île. Les hôtels ont un petit wifi.

Infos Pratiques

Trajet Santo Domingo – Bayahibe : il faut d’abord prendre un Guagua de Santo Domingo (parada de la compagnie Sichoem près du Parque Enriquillo) à La Romana (trajet 2h30, tarif 200 pesos par personne). On ne peut pas dire à quelle fréquence ils partent mais en arrivant au hasard en début d’après-midi on en a eu un qui partait dans les 10 minutes. Le guagua s’arrête partout dans La Romana et fait son terminus au niveau de la parada des guagua pour Bayahibe (trajet 20 minutes, tarif 85 pesos).

Logement à Bayahibe : on a passé une nuit à Bayahibe village inn, un hôtel à l’ambiance auberge de jeunesse un peu en retrait du centre du village, très bien (avec une petite piscine) et pas trop cher pour l’endroit (1700 pesos la nuit pour une chambre double avec SDB, en passant en direct sans réservation en ligne)

Logement sur la Isla Saona  (à Mano Juan) : il y a quelques options, on a choisi le Isla Saona Lodge, 4 bungalows basiques mais sympa dans un jardin, tarif 2850 pesos la nuit en passant en direct sans réservation en ligne.

 

2 commentaires

  • Aurore

    Bonjour

    Je voulais vous dire MERCI!
    Des heures que je cherche dans les guides et sur internet un moyen pour éviter les excursions de saona…
    Ce mode de vacances ne nous correspondant pas du tout…
    Grâce à vous nous allons pouvoir aller à saona.
    J’ai juste une petite question, vous souvenez vous à quelle heure est la bateau de retour saona-bayahibe ? Le jour même ou le lendemain ?
    Merci pour votre aide.
    Et merci pour votre site qui est génial ! Bravo !
    Avez vous eu l’occasion de faire ile catalina et cayo levantado de la même manière ?
    J’ai le même problème pour ces îles… Que des excursions à touristes.
    Au plaisir de vous lire.

    • Kikis

      Bonjour Aurore,

      Merci beaucoup pour ton message qui nous fait plaisir ! Effectivement c’est une vraie galère pour comprendre vraiment comment faire !
      Pour le bateau retour, il y en a tous les jours. Dans notre souvenir, il y en a un très tôt le matin (genre 6h) ou vers 14h mais il vaut mieux demander en arrivant au port 🙂

      Vous pouvez repartir quand vous voulez de l’Isla Saona, faut juste prévenir pour être sur d’avoir de la place sur le bateau si c’est un jour de grande affluence.

      Pour les autres îles nous n’y sommes pas allés donc on ne sait pas du tout comment ça fonctionne…

      Bon voyage !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *