Martinique

Martinique : La côte Nord Caraïbe, de Saint Pierre à Anse Couleuvre

Dans ce post on vous parle de la côte nord Caraïbes de la Martinique, en gros toute la partie ouest de l’île au-dessus de Fort de-France. Depuis notre village de Tartane ce n’est pas la zone la plus accessible, et pour la rejoindre il nous faut traverser toute l’île, soit par les grands axes qui passent par le Lamentin et FDF avant de remonter toute la côte, soit en prenant la superbe D1 pour couper à travers les montagnes. Par ce chemin, c’est au niveau de la ville de Saint Pierre qu’on débouche sur la côte Caraïbes.

Saint Pierre

Il se dégage un vrai charme de cette ville de Saint Pierre, étirée au pied de la Montagne pelée et meurtrie par l’éruption de 1902. En se baladant dans les (quelques) rues de la ville, le long d’une longue plage de sable gris au bord d’une superbe baie, on peut voir différents vestiges de l’ancien Saint Pierre : des pans de remparts, des maisons en ruines (notamment celles de l’ancien quartier du Figuier, sous les murailles), le tout mêlé aux constructions plus récentes, mais elles-mêmes bien défraichies.

L’ambiance de la ville est plutôt agréable, nonchalante, et en même temps il y a le côté un peu triste d’une ville qui n’est plus du tout ce qu’elle a été. L’époque où Saint Pierre était la capitale de la Martinique et un port de commerce actif est bien finie, et depuis longtemps : en 1902 il a fallu quelques minutes pour que l’éruption de la Montagne pelée rase totalement la ville, coule les dizaines de bateaux ancrés dans la baie, et tue les 30 000 habitants. La ville a été reconstruite mais n’a jamais retrouvé son âge d’or, et aujourd’hui, on peut se faire une idée de la catastrophe en visitant le musée – mémorial installé en ville sur les remparts, un musée très bien fait et très émouvant.

Cloche brisée et liste de noms de victimes de l’éruption de 1902, au mémorial de Saint Pierre

En bordure de la ville, face à la plage de sable gris, on peut signaler une curiosité : la sculpture appelée « Manman Dlo », qui a la particularité de se trouver au fond de la mer, par 6 à 7 mètres de profondeur. Pour la trouver, il faut nager juste en face du restau « Bela Beach », elle est en principe signalée par une petite bouée jaune, et vu la clarté de l’eau ici, on la voit très bien depuis la surface, avec tous les petits poissons qui nagent autour, et parfois même une ou deux tortues !

En dehors de ces visites, il faut être honnête, le tour de Saint Pierre est plutôt rapide, et en fin de compte même si on est souvent passé par la ville, on réalise qu’on s’y est rarement vraiment arrêté. Pour autant, on aime toujours y venir et on ne reste jamais indifférent aux points de vue que le site offre, que ce soit celui sur la baie et la ville avec la Montagne Pelée en arrière-plan (à nos yeux, un des plus beaux points de vue de Martinique !), ou au contraire celui sur la mer des Caraïbes depuis les hauteurs de la ville.

Le Carbet

Un peu au sud de Saint Pierre, Le Carbet, un petit village avec une belle longue plage de sable gris et des eaux elles aussi très claires, est un endroit sympa où se poser, par exemple pour le coucher de soleil, d’autant qu’il y a ici plusieurs petits bars de plage très cool (notamment le wahoo) où l’ambiance est bien chill.

Le Prêcheur

Dans l’autre direction (vers le nord, donc !), à une dizaine de minutes de route après la sortie de Saint Pierre, on arrive au Prêcheur, le dernier village de la côte caraïbe. C’est un petit village de moins de 2000 habitants, étiré entre la route et la mer, avec quelques épiceries-bars pour tous commerces. Le village en lui-même est vite vu, on peut surtout signaler son église et sa sculpture en mémoire des victimes de l’esclavage et puis bien sur la vue sur la mer des caraïbes qui est magnifique ici, elle s’étire à perte de vue et ses eaux sont turquoises et transparentes. On peut l’admirer en particulier depuis la plage des Abymes, à la sortie du Prêcheur.

A proximité du village, on peut s’arrêter pour jeter un œil au « Tombeau des Caraïbes », un monument à la mémoire des indiens Caraïbes, dont l’intérêt est plus symbolique qu’esthétique.

En continuant plus au nord au-delà du Prêcheur, on atteint les dernières plages, toutes de sables gris et au pieds des falaises. On arrive d’abord au niveau de l’Anse Céron, dans la végétation et en face de l’habitation Céron (qui se visite)

Enfin, après avoir suivi une route qui grimpe et redescend avec des virages en épingles à cheveux, on arrive au bout de la route, à Anse Couleuvre.

Anse Couleuvre

L’anse couleuvre est vraiment un endroit sublime, avec une atmosphère un peu mystérieuse due à son isolement. La belle plage de sable gris au pied des falaises est encore sauvage, il n’y a aucun commerce ou restau ici, et on y accède après quelques minutes de marche dans la forêt.

En retrait de la plage, on passe d’ailleurs à côté des ruines d’une ancienne habitation cacaotière et sucrière, envahies par la végétation.

Au niveau de l’Anse couleuvre, si au lieu de rejoindre la plage on choisit de continuer tout droit en suivant le sentier qui part dans la forêt, on est parti pour 15 km de rando pour rejoindre Grand’Rivière, « l’autre » bout du monde côté atlantique : aucune route ne relie directement Anse Couleuvre et Grand’Rivière, le relief étant trop accidenté, il faut soit marcher soit prendre le bateau (ou alors en voiture il faut faire demi-tour et contourner la Montagne Pelée). C’est une des randos incontournables de Martinique … mais ça c’est une autre histoire …

En attendant, pour s’échauffer on peut aussi se lancer dans une petite balade sympa vers la cascade couleuvre : il y en a pour 3,5 km aller-retour dans la forêt en longeant la rivière couleuvre (qu’on traverse plusieurs fois) jusqu’à cette cascade, d’un débit assez faible, mais qui tombe de haut. C’est une rando sans difficulté particulière, sur un terrain quand même un peu accidenté sur la 2e moitié, et avec un petit 200 mètres de dénivelé positif, qui nous a pris 1h30 aller-retour. Au passage on aura eu le plaisir de croiser une belle matoutou des falaises aux jolis reflets bleutés !

Et voilà ! Alors, elle vous plait cette côte Nord Caraïbes de la Martinique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.